Graphe insolite sur les rives de l’Elorn

Graphe dans un cadre inattendu

Cette photo d’un graphe, particulièrement insolite, coupe l’image en deux parties sans acune transition comme s’il s’agissait d’un collage. Pourtant il n’en est rien, puisque la photo a été prise avec un ultra grand angle en gérant la profondeur de champs. L’objectif positionné à moins de 50 cm du sujet, il ne restait plus qu’à gérer les différences de luminosité, le cadrage et la profondeur de champs pour obtenir une photo insolite.  De même que je l’ai trouvée inattendue et insolite dans ce cadre marin des rives de l’Elorn.

L’index conduit le regard vers le pont Albert Louppe et la rade de Brest

De fait la première partie de la photo représente un graphe urbain dessiné sur un pylône du pont de l’Iroise. Ici sur cette base de pylône, une silhouette féminine  peinte en noir se détache d’un fond rouge feu. La silhouette suggère le mouvement par la magnifique chevelure et la robe qui flottent au vent marin. Tandis que l’avant bras et l’index levé dirigent le regard vers la rade de Brest, traversée par le pont Albert Louppe.

Le  vieux pont Albert Louppe et le nouveau pont de l’Iroise, une note de février 2017

 

Graphe urbain - rives de l'Elorn à Plougastel Daoulas

2 pensées sur “Graphe insolite sur les rives de l’Elorn

  • 06/07/2018 à 07:07
    Permalink

    Une photo très originale en plus de ce graff original en lui même.
    Si on ne regarde pas avec attention, cela donne vraiment le sentiment de deux photos montées l’une à côté de l’autre.
    Il y a un message dans le choix du doigt levé ? Hihihi
    Bonne journée à toi

    Répondre
    • 06/07/2018 à 13:13
      Permalink

      Comme précisé, il ne s’agit pas d’un montage mais d’une exploitation d’un graphe sur un pilier du pont de l’Iroise. La photo est prise avec UGA qui donne une profondeur de champs incomparable. Pour la petite histoire la MAP du premier plan était inférieure à 50 cm. Après la photo n’est que la rencontre d’un lieu avec des émotions ou du vécu. La photo est en ce sens le prolongement d’une manière de voir. Tu le démontres aussi coïcidemment avec la note les cyprès chauves qui suscite des commentaire d’approbation ou des commentaires plus mitigés.La créativité est le chemin de la liberté.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :