STEYR 80 le tracteur légendaire du paysan autrichien

Le STEYR 80 est le produit d’une longue histoire industrielle

STEYR , à l’origine en 1830 l’usine fabriquait des fusils dans la localité du même nom. Elle devient ensuite la Société d’Armement Autrichienne. A partir de 1894 la société produit des bicyclettes, puis au début du 20e siècle des automobiles. En 1928 la nouvelle société issue de fusions prend le nom de STEYR-Daimler-Puch AG . C’est ainsi que se constitue un groupe aux compétences industrielles élargies qui va se lancer dans la fabrication de tracteur dans les années1950.

Les petites exploitations sont le cœur de marché du STEYR 80

En 1947 STEYR lance sur le marché le premier modèle de type 180 qui développe 26cv. Deux ans après, le type 80 est lancé sur le marché. Le STEYR type 80 est une construction à faible coût destiné aux petites exploitations dont les propriétaires souhaitent remplacer les animaux de trait. Le STEYR 80  construit autour d’un moteur monocylindre de 1,3 litre développe 15 CV. Equipé d’un frein de direction et d’un blocage différentiel, Il peut recevoir des accessoires supplémentaires. Parmi ces accessoires on trouve la prise de force et la poulie ou encore un système de transmission pour la faucheuse. Le démarrage nécessite quant à lui l’utilisation d’une mèche de préchauffage. Sur la version de base, le démarrage s’effectue donc en actionnant la manivelle. L’option démarreur électrique est cependant disponible. En 1964, la production du TYPE 80 produit à hauteur de 45068 exemplaires s’arrête définitivement.

Clin d’œil pour mélomanes quelque part en Autriche  : Où le rythme est donné par ce monocylindre de légende.

Les pépites du machinisme agricole : Aillgaier R22

STEYR type 80 - tracteur restauration de carrossier - KAR TANN Rédéné
Cette restauration minutieuse et respectueuse donne un magnifique spécimen du type 80 produit en Autriche jusqu’en 1964. L’association KAR TANN de Rédéné organise chaque année une exposition des vieilles mécaniques qui attirent un nombreux public. Pour ma part je suis impressionné par la rareté du modèle et la magnifique restauration de ce STEYR KLI type 80 qui apparaît comme sorti d’usine.

8 pensées sur “STEYR 80 le tracteur légendaire du paysan autrichien

  • 22/07/2018 à 18:22
    Permalink

    Tout à fait extraordinaire, c’est la première fois que je le vois ce tracteur. Très bien vu le cadrage

    Répondre
  • 22/07/2018 à 18:37
    Permalink

    Sympa le cadrage, mais je t’avoue que je ne suis pas une admirative de ce genre d’engins. En revanche, j’imagine que cette restauration a demandé beaucoup de boulot et de passion.
    Je te souhaite une très belle fin de soirée

    Répondre
    • 22/07/2018 à 19:04
      Permalink

      Personnellement j’aime bien ces vieilles mécaniques. Elles représentent le génie mécanique adaptatif humain. Ces vieilles machines ont quelque chose d’attachant en terme de désign vs le caractère impersonnel des monstres actuels. Par contre je ne suis pas fasciné par le machinisme agricole qui sert l’industrialisation de l’agriculture au détriment de la nature. Par exemple, en Bretagne, le paysage bocager de mon enfance a disparu. Les talus refuge de la diversité sont et surtout ont été détruits à renfort de primes de la CEE qui par ailleurs finance la reconstruction de haies naturelles…

      Répondre
  • 24/07/2018 à 10:38
    Permalink

    Oh, le beau rouge!Rutilant!
    Bonjour Sergio. Je fais juste un petit passage en espérant rattraper dans quelques jours mon retard.
    En ce moment, notre Zetor est souvent de sortie. Il a eu un petit caprice l’autre jour dans un chemin car il avait trop chaud! Dans ces cas-là il faut faire preuve de patience et revenir le chercher plus tard. <jke peux te dire qu'après, il est rentré au garage direct!
    Le we dernier, il s'est mué en transporteur festif pour gens et chiens afin d'aller constater l'état des plantations d'après tempête 2009. Il y avait de la joie sur la charrette!
    à bientôt!

    Répondre
    • 24/07/2018 à 22:15
      Permalink

      Elles sont très sympa tes nouvelles. Le Zetor reste donc un fidèle compagnon malgré des coups de chaleur ! A propos : je m’attends à une belle note un de ces jour au sujet de sa réparation !

      Répondre
      • 03/08/2018 à 11:02
        Permalink

        Quand j’en aurai fini avec Aliénor d’Aquitaine, je m’attaquerai sans doute à un sujet de fond sur les Landes, où le tracteur aura sa place.
        Je vois que tu as de la mémoire!

        Répondre
        • 04/08/2018 à 07:42
          Permalink

          J’attends avec impatience la narration de cette belle histoire. Tu me feras suivre une photo et quelques mots je ferai un lien vers ta note.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :