Anthophore, Andrena ou Osmie sur une fleur de saule

 

Lorsque j’ai publié cette note en 2013 j’avais cru identifier  une abeille Antophore. Cependant un commentaire reçu sur mon ancien blogue, apportait les précisions suivantes : Ce n’est pas une abeille mais un diptère, une mouche, que l’on distingue des hyménoptères (abeilles, guêpes) : les mouches ont des antennes courtes et de gros yeux et deux ailes contre quatre pour les hyménos. En mars sur les saules les abeilles qui butinent seraient du genre Andrena ou Osmie mais pas Anthophora.

Les Anthophores sont mi-abeille mi bourdon

Les Anthophores regroupent une famille d’insectes qui regroupe 450 espèces réparties partout dans le monde. Elles font partie de la famille des Apidae. De loin elle peuvent être prises pour des abeilles. Mais en y regardant de plus près, elles ont aussi des caractéristiques du bourdon.  Disons qu’elles se situent un peu entre les deux.

Elles butinent en solitaire

Les Anthophores présentent la particularité de vivre en solitaire et de nidifier dans le sol.  Elles sont observables dès la fin de l’hiver. Elles n’hésitent pas à sortir malgré des températures inférieures à dix degrés. Entre giboulées et vent vif, il y a de belles éclaircies qui permettent aux Anthophores de faire la collecte de pollen destinée à nourrir leurs larves. Ces insectes sont donc à regarder avec beaucoup de considération car ils sont des précieux auxiliaires pour la pollinisation des arbres fruitiers. De grâce si vous observez ces étranges mi-abeilles mi-bourdons sortir de terre dans votre jardin ne les détruisez pas ! Elles ne le méritent pas, ce d’autant plus qu’elles ne sont pas agressives. D’autre part si votre jardin abrite des abeilles Anthophores cela veut dire que le terrain ne contient pas de polluants.

Antophore, Andrena ou Osmie pour une même utilité

L’Osmie est une espèce d’abeille solitaire sauvage qui s’est raréfié de nos jours en raison de l’agriculture intensive. Les Andrènes représentent un groupe de 1300 espèces. Je laisse donc le débat aux entomologistes, peut-être aurais-je dû prendre l’espèce sous toute les coutures pour permettre une meilleure identification ?  Pour ma part j’ai pu constater la contribution de l’insecte à la pollinisation ce qui est un point de consensus.  Abeille Antophore, peut-être pas, cependant le descriptif s’applique à l’insecte qui sera formellement identifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :