Moulin à marée de Beg Nénez dans une anse de la Laïta

Beg Nénez sur le GR34

Le moulin à marée de Beg Nénez est un bel objectif de randonnée. Pour l’atteindre il suffit d’emprunter le GR 34 à partir du pont Saint-Maurice ou de Guidel Plages.  Dans l’une ou l’autre des options de départ il se trouve approximativement à mi-parcours des deux points. Ce moulin à marée fut  construit à la fin du 18e siècle.  Il nous apparaît au détour du sentier, particulièrement bien préservé et majestueux dans son décor naturel.

Moulin à marée de Beg Nénez, mode de fonctionnement

 Vers l’amont de l’anse, l’eau retenue par une digue forme un étang. Cet étang reçoit l’eau des bassins versants. De plus il bénéficie de l’apport du flux marin à marée montante. Une vanne s’ouvrait donc à marée montante pour remplir l’étang. Tandis qu’à marée descendante, le meunier fermait la vanne. Le meunier orientait alors l’eau vers la roue à aubes qui actionnait le moulin. Sur le site de Patrimoine.bzh vous trouverez l’historique complet de ce moulin  qui fonctionna sans interruption durant deux siècles.

Moulin à marée de Beg Nénez dans une anse de la Laïta
Le corps des bâtiments est en moellons de granite tandis que la toiture est couverte d’ardoises.
Moulin à marée de Beg-Nénez
L’aspect massif des bâtiment alors qu’en arrière plan apparaît ce qui était la maison du meunier
Moulin à marée de Beg-Nénez
Le sarment de vigne et la porte bleue
Moment détente sur les hauteurs de Beg Nénez
Près du chemin de randonnée une verte prairie domine la Laïta et l’anse de Beg Nénez.

Vues : 49

Cet article a 5 commentaires

  1. BREIZH MA BRO

    Bonjour Sergio. Encore un petit coin de notre Bretagne que je n’ai pas découvert. Merci de me faire partager tes balades, elles m’apprennent des choses nouvelles et me donnent envie plus envie d’y remonter.

  2. Pascale MD

    Bon soir Sergio,
    J’aime beaucoup le charme de ces demeures dans la nature, quel bel endroit.
    La Sarment de vigne est magnifique.
    Depuis qu’un de mes chiens à attrapé la piroplasmose et a failli en mourir et ma meilleure amie la maladie de Lyme, je ne risque plus de me poser ainsi dans l’herbe ;-(
    Belle fin de soirée à toi.

    1. Sergio

      Hélas oui, la maladie de Lyhme sévit également en Bretagne. Ma voisine l’a attrapée, traitement anti bio obligatoire… Depuis elle ne se risque plus de fréquenter certains endroits de son jardin en lisière de bois.

  3. Colo

    Bonjour Sergio, C’est vraiment intéressant, je n’avais jamais entendu parler de moulins à marées.
    Cela veut dire que meunier devait être attentif aux marées…mais son énergie était gratuite ! Employer la force des marées, on y revient peu à peu, avec des techniques plus développées mais le principe est le même…en beaucoup moins joli !
    Merci pour ces superbes photos.

    1. Sergio

      Moins joli car l’industrialisation standardise tout. Il est vrai que des tours supportant des éoliennes n’a rien d’excitant, sauf qu’elles brisent l’harmonie des paysages. En Bretagne on utilisait beaucoup l’énergie motrice de l’eau, d’abord sur les rivières et la force de la marée sur le littoral. Par ailleurs l’anse se trouve dans la ria de la Laïta, un fleuve côtier qui subit l’influence de la marée puisque le marnage varie de 6 M à partir du point zéro. Des fois plus. Ce qui permettait de remplir l’étang pour ensuite utiliser le flux à l’inversion des marées. Merci pour ta visite.

Laisser un commentaire