Bardena Blanca Baja la blanche éblouissante
Le paysage est très lumineux, le sol absorbe rapidement l'eau de l'orage de la veille. Le sol déjà se craquèle

Bardena Blanca Baja la blanche éblouissante

Le territoire de Bardenas appartient depuis le XIe siècle aux rois de Navarre.  En 1705 le royaume de Navarre cède à 22 communes les droits exclusifs de gestion de ce vaste territoire.  Depuis cette date, la communauté de communes gère ce vaste territoire de 41.845 hectares. Pour faire face à l’essor du tourisme, le territoire devient un parc naturel. Et la communauté de Bardenas Reales en assure la gestion.  Par voie de conséquence la réglementation précise les conditions d’accès au parc. Par exemple, l’interdiction de l’accès et du stationnement nocturne dans le parc assure la protection d’un environnement naturel exceptionnel.

 

Bardenas Blanca - Arguedas - les cabezos
La mosaïque des champs cultivés à l’entrée du parc des Bardenas. En arrière plan les cabezos, façonnés par l’érosion.

Le parc des Bardenas Reales est classé Natura 2000

La communauté des Bardenas Reales concilie l’objectif de préservation du patrimoine naturel tout en assurant la fréquentation touristique. Elle pilote la préservation du patrimoine naturel tout en limitant l’empreinte humaine en dehors des activités pastorales. Un constat s’impose ici :  L’homme interfère peu avec la nature, le parc reste donc un lieu privilégié pour la préservation de la biodiversité. Le parc classé Natura 2000 assure la protection d’écosystèmes fragiles et l’équilibre d’espaces naturels. L’humain devenu visiteur temporaire reste le témoin de cette réussite. Pour résumer ma pensée, on peut dire que la volonté de préservation des espaces naturels tout en autorisant la présence humaine est un partis pris gagnant. De toute façon, si tel n’est pas le cas, les gardes du parc national qui mènent une surveillance discrète sont présents pour appeler au respect des règles.

Un réseau balisé de 35 km permet de découvrir un paysage unique en Espagne.

Au niveau géologique, le désert des Bardenas comprend trois parties distinctes, la Negra, la Blanca et El Plano. La parcours décrit concerne l’itinéraire balisé de la Blanca Baja qui forme une boucle de 35 km à travers des paysages naturels à la beauté sauvage.  Avant de commencer l’exploration, la visite de la maison du parc de Bardenas Reales s’impose. La fourniture de l’itinéraire, la recommandation du sens de visite, la connaissance des conditions de navigations sont autant d’éléments

rassurants. Ainsi des routes jalonnées sont-elles ouvertes aux engins motorisés, sous réserve du respect de la réglementation. Par exemple, la vitesse maxi autorisée ne doit pas dépasser 30 Km/h. Cependant il est difficile d’imaginer le dépassement de la vitesse limite. En effet, la route balisée est une piste caillouteuse en alternance avec des nids de poule. Cependant, les panoramas somptueux qui défilent récompensent largement une navigation patiente.

L’érosion façonne le paysage

Ici comme nulle part ailleurs dans la région, l’érosion  façonne le paysage. Sous son effet des canyons se forment tandis que des gypses plus résistants offrent forment des reliefs ciselés. Cabezos, plaines, canyons encastrés composent un paysage en constante évolution. Le climat  et la nature géologique des sols sont des marqueurs importants dans les Bardenas. Ainsi à des étés chauds se succèdent des hivers froids tandis que les pluies rares mais souvent violentes emportent des couches argileuses. En résumé, la nature des sols qui ne retient pas l’eau et les conditions climatiques font et défont un paysage unique à l’aspect désertique.

Bardena Blanca la blanche

La visite concerne le territoire de la Bardena Blanca. Une vaste dépression centrale particularise ce vaste territoire où le sol blanchâtre, parfois ocre réverbère violemment la lumière. L’eau de ruissellement s’infiltre rapidement en profondeur dans le sol emportant l’argile et la terre limoneuse pour former des dépressions et des canyons. Ce vaste territoire au sol souvent blanchâtre, parfois ocre se distingue par une vaste dépression centrale. La couleur blanche domine avec de part et d’autre des tonalités ocres, le tout donne un aspect désertique. Il faut compter 4 heures pour accomplir le circuit de 35 km et en goûter les merveilles naturelles qui  jalonnent le parcours.

Bardenas Blanca Baja - cabezos et dépressions
L’érosion modèle en permanence les paysages des Bardenas

Bardenas Blanca Baja, une photo en noir et blanc

Bardenas Blanca Baja -Reliefs en noir et blanc
Le noir et blanc met en lumière les nuances subtiles du relief des Bardenas

 

Galerie photo

Cet article a 7 commentaires

  1. Yes, cela fonctionne à présent !
    Merci à toi pour cette leçon d’histoire et de géologie au travers ces magnifiques paysages et photos.
    Préférence pour la couleur malgré tout.
    Bonne journée Sergio

    1. Désolé pour ces petits désagréments qui je l’espère sont désormais fixés. Les paysages sont tellement spectaculaires qu’une galerie-diaporama est en cours de préparation.
      Bonne journée Pascale.

  2. Superbe! Je ne connais que de nom cette partie du territoire alors j’ai tout lu avec grande attention et intérêt.
    L’équilibre, si difficile, entre les visiteurs et la protection du paysage, semble bien préservé, bravo pour tout!

    1. Le parcours est magnifique et bien cadré. Il n’y a pas de risque qu’un visiteur “s’égare” car les gardes du parc veillent. La galerie toujours en cours de finalisation témoigne de la singularité des Bardenas. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé ce parcours.

  3. C’est la deuxième fois que je lis un reportage dans un blog sur le désert des Bardenas, qui personnellement me fait rêver. Merci d’avoir apporté toutes ces précisions géographiques, géologiques et ton savoir-faire photographique qui se révèle encore une fois extraordinaire. J’imagine bien combien tu as dû te régaler avec tous ces détails du paysage.
    L’idée de désert m’attire beaucoup et celui-ci est particulièrement attrayant. C’est bien qu’il soit sous haute protection.

  4. Le parc des Bardenas est davantage un semi-désert. Ce n’est quand même pas le Sahara. Mais on est frappé par l’aspect aride des lieux et les paysages sont fantastiques modelés par l’érosion. De plus, le parcours de la Blanca Baja peut se réaliser à l’aide de sa voiture perso. Les stops pour admirer les paysages sont possibles un peu partout. Le parcours de 30KM peut se réaliser facilement en l’espace d’une demi-journée. D’autre part les Bardenas sont en Navarre, ce n’est pas très loin de chez toi.

Laisser un commentaire