Nourrissage des phoques à Océanopolis

Nourrissage des phoques à Océanopolis

Le rituel du nourrissage des phoques

Le phoque est un mammifère marin dont la taille moyenne est de l’ordre de deux mètres. Le poids est également impressionnant puisqu’un mâle adulte pèse entre 250 à 300 kgs. Dans le bassin aux phoques d’Océanopolis il y a quelques beaux spécimens dont la taille approche deux mètres. Le phoque n’est pas dressé, il reste donc un animal sauvage. L’approcher peut s’avérer dangereux au vu de sa dentition remarquable. Cependant le nourrissage des phoques est une étape importante pour les soigneurs qui obtiennent ainsi la coopération des mammifères marins. À l’occasion de ce rendez-vous quotidien est un rituel. Grâce à ce moment privilégié ils approchent les phoques tout en vérifiant en même temps leur état sanitaire. Et si le besoin s’avère, ils prodiguent ou des soins.

Nourrissage de phoques Océanopolis
Le nourrissage est un moment important pour les soigneurs qui obtiennent une certaine coopération de ce mammifère sauvage.
Nourissage des phoques Océanopolis
Phoques d’Océanopolis, la satisfaction des sens : Calins après le nourrissage
Phoque gris Océanopolis
Le phoque est à l’aise comme un poisson dans l’eau
Océanopolis : Moustaches de phoques
Les moustaches de phoques ou vibrisses autour du nez au-dessus des yeux. Les vibrisses servent à mesurer l’environnement. Grâce à ce dispositif, le phoque peut repérer la présence de poissons et évaluer leur distance.

Hits: 70

Cet article a 8 commentaires

  1. C’est une très belle série instructive sur cet animal que tout le monde aime mais j’avoue que je les préfère en totale liberté, dans la mer

  2. Ils sont magnifiques ces Phoques.
    Une fois seulement de ma vie j’ai mis les pieds dans un Parc de grands animaux marins, traînée par ma soeur. Devant les bassins, j’en ai pleuré de voir les Dauphins, les Orques, les Phoques…
    Eh puis, en Bretagne, on peut en voir dans la nature, à quoi bon les enfermer ?
    La dernière photo est particulièrement jolie cependant.
    Bonne journée Sergio.

  3. Oui je comprends, cependant Océanopolis n’est pas un parc d’attraction mais un parc de découverte du monde marin. C’est aussi un centre de soins pour les phoques échoués ou accidentés. Ils sont ensuite remis en bon état puis relâchés. Les dauphins, s’échouent mort par millier sur les côtes atlantiques, victimes pour la plupart des filets pélagiques. L’homme tue, alors pour une fois quand l’homme répare, faut-il s’en plaindre ? A Océanopolis il n’y a pas de Dauphins, pas d’orques qui sont effectivement mieux à l’état naturel. Mais comme je le précise l’état naturel est largement pollué ou bouleversépar la pression humaine. Par ailleurs les autres espèces ne sont pas issues de captures dans les océans mais de programmes de reproduction in situ ou d’échanges. Voir le lien http://www.oceanopolis.com/Actualites/Les-actualites-d-Oceanopolis-Brest/relacher-du-phoque-annele-oceanopolis qui montre l’utilité de ces pôles d’observation de la vie marine.

  4. Merci pour les infos, alors rien à voir avec les parcs d’attraction qui sont une véritable horreur !
    Bonne soirée Sergio

    1. Il ne me viendrait pas à l’idée de fréquenter ces parcs d’attraction. Le personnel que l’on voit ici sont des soigneurs qui sont à l’écoute de l’animal. Par exemple sur la photo 2 le soigneur prodiguait des conseilS pour examiner le phoque sans prise de risque.

  5. Une très jolie série de photos de ces magnifiques phoque. Ils mériteraient d’être restés en liberté … et je leur souhaite leur retrour à la vie sauvage le plus vite possible…

  6. Ils sont si beaux, mais comme tu le dis, sauvages et doivent le rester. je me souviens d’un jeune phoque qui a semé un peu la panique il y a quelque temps sur nos plages. Il avait d’ailleurs gagné Brest pour retrouver ses congénères mais je crois qu’il n’y est pas resté, lorsqu’il a été relâché: il a à nouveau pris la poudre d’escampette en direction du sud. Depuis, plus d enouvelles.
    Que ces photos sont belles!

  7. Les phoques relâchés sont bagués. Les scientifiques peuvent ainsi suivre leur périple.

Laisser un commentaire