Plouhinec le mémorial des marins péris en mer

Un mémorial dédié aux marin de la région de Cap Sizun péris en mer

Le mémorial de Plouhinec est situé près du port de-Poulgoazec  en face d’Audierne.  Il perpétue la mémoire des marins du Cap Sizun péris ou disparus en mer. Le monument en granit montre l’étrave d’un bateau. Un marin est debout sur la proue, son regard fixe l’immensité de l’océan. De toute évidence, l’œuvre rend hommage à la force  et au courage des marins. Parallèlement, les plaques commémoratives rappellent les drames de la mer. Ici en région de Cap Sizun, comme partout en Bretagne, les marins paient un lourd tribu dans l’exercice du métier de marin pêcheur.

Le parti pris photo

La photo est prise avec un téléobjectif qui rapproche les plans. La mise au point sur la proue permet la limitation de la profondeur de champs. Cette approche, limite le champs de netteté. C’est ainsi que le marin et la proue qui se détachent nettement en premier plan évoquent la force face à l’adversité de l’océan. Tandis que l’arrière plan plus flou suggère l’environnement maritime. Il en est ainsi des maisons de pêcheurs blotties derrière le port. Elles évoquent la proximité des familles qui, pour beaucoup tiraient ou tirent encore de nos jours leur ressource de la pêche. Enfin un ciel lourd ajoute encore à la symbolique de l’image.

mémorial des marins du Cap Sizun péris en mer
Les marins de la région du Cap Sizun paient un lourd tribu à la mer. Les plaques mémoriales sont là pour le rappeler.
Plouhinec - mémorial des marins disparus en mer, les plaques commémoratives
Aux marins qui périent en mer : Les plaques commémoratives énumèrent le nom des bateaux, les dates des naufrages et la liste des équipages disparus en mer.

Vues : 969

Cet article a 2 commentaires

    1. Escapades Photo

      De nombreuses plaques montrent combien le destin des marins peut-être cruel. Nombreux sont les marins péris ou disparus en mer depuis les années 1930. L’une des dernière plaques apposées est celle des marins du célèbre Bugaled Breizh.

Laisser un commentaire