Scie passe-partout entraînée par un moteur Bruneau

Scie passe-partout, une tentative de motorisation

Tous les anciens bûcherons et agriculteurs connaissent la tâche ardue d’abattage et de tronçonnage du bois réalisée au passe-partout.  Avec la diffusion du moteur à explosion, essence, puis diesel, l’homme ne changeant pas de paradigme. Il essaie donc essaie de mécaniser les outils traditionnels au lieu de sortir du cercle et de passer à des phases créatives. Je ne connais pas la date de sortie de cette scie passe-partout équipée d’un moteur Bruneau fabriqué à Tours. Mais il est évident que cet ensemble est très original. Ne serait-ce que par la conception très rustique. Le moteur imposant repose sur un châssis, sur roues métalliques. Le moteur entraîne un arbre équipé d’un villebrequin et de bielle. Grâce à ce dispositif le mouvement entraîne un mouvement d’aller-retour de la scie. Exactement comme si elle était actionnée par deux bûcherons.

Un succès incertain mais une dangerosité certaine

Avec le recul d’expérience, il ne fait aucun doute que cette tentative de mécanisation était vouée à l’échec. La raison principale est en premier lieu sécuritaire. En effet le bûcheron doit guider la lame au début du sciage. Il y a des sauts de lame avant que le sillon se crée. Compte tenu que l’homme guide cette manœuvre tout prêt de la lame, il est facile d’imaginer le risque encouru. Et puis, il suffit de regarder la lourdeur du dispositif pour se convaincre que ce matériel ne pouvait pas obtenir une notoriété. Sauf peut-être dans un musée du machinisme.

Moteur Bruneau - scie mécanique à villebrequin et bielle
Scie passe-partout avec moteur Bruneau. Le système mécanique d’entraînement de la scie est vu de face.
Scie passe-partout Bruneau - opération de sciage - le guidage
Bûcherons en démonstration à Coatloch – Scaër

Scie passe-partout entraînée par un moteur Bruneau

4 pensées sur “Scie passe-partout entraînée par un moteur Bruneau

  • 29/07/2018 à 14:24
    Permalink

    Bon jour Sergio,
    Un engin impressionnant je l’avoue, mais j’ai un peu de mal à apprécier sur le plan photographique. En revanche, à l’oeuvre, ce doit être intéressant.
    Je te souhaite une bonne fin de journée

    Répondre
    • 29/07/2018 à 15:38
      Permalink

      Ici journée de pluie sans interruption qui clôture un mois de juillet très ensoleillé. J’aime bien ces engins insolites qui sortent de l’ordinaire et qui témoignent de l’adaptation de l’homme aux nouveaux outils dans le contexte des connaissances de l’époque. Je n’ai pas fait de vidéo de la démo.

      Répondre
  • 03/08/2018 à 10:49
    Permalink

    Je connais le passe-partout simple qui se manie à 2 et zig et zag et patience mais là, en effet, c’est une sacrée adaptation. J’ai vu encore récemment la scie passe-partout louée pour débiter des chênes multi centenaires en fin de vie: un sacré travail qui requiert des muscles!
    J’en connais un que les histoires de motorisation va intéresser!

    Répondre
    • 04/08/2018 à 07:40
      Permalink

      Le travail à la scie passe-partout est harassant il faut avoir une bonne musculature et une bonne santé pour s’attaquer au débitage d’un arbre. Ici l’adaptation permet de s’affranchir de cette date. Aussi imparfait soit le concept il a le mérite de montrer la mutation du travail manuel vers le machinisme. Bien sûr avec du recul on note la lourdeur du concept comparé à nos tronçonneuses actuelles mais cette dernière restait à inventer à cette époque !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :