Vieux tracteurs Pont-Scorff : Transport vers les sixties

Les vieux tracteurs sont les témoins du génie industriel

Ces vieux tracteurs sont remisés soigneusement dans des garages. Ils sont restaurés, bichonnés avec soin par des collectionneurs. Souvent ils sont repeint avec plus ou moins de bonheur. Mais du point de vue mécanique, ils sont en parfait état de fonctionnement. Une fois par an, la fête des battages qui se déroule au manoir de Saint-Urchaud à Pont-Scorff,  est l’occasion d’exhiber ces belles mécaniques.

Le défilé des vieux tracteurs est un retour vers les années 60

Quel beau spectacle que ce retour vers les années 60. Les plus anciens se souviennent de la montée du machinisme dans les campagnes. le tracteur était alors synonyme de l’accroissement de la productivité pour un moindre déploiement d’énergie. Tandis que les jeunes générations peuvent vérifier le génie et la créativité industrielle du 20e siècle.

Le fil conducteur du machinisme

Depuis l’antiquité, l’homme a adapté les outils en fonction des besoins et des acquisitions technologiques. Le machinisme agricole, comme toute l’histoire industrielle découle de ce fil conducteur. L’exposition de vieux tracteurs et vieux outils à Pont-Scorff permet de comparer les tracteurs et machines anciens aux outils contemporains. En l’espace d’un demi siècle, l’évolution est flagrante. On notera la simplicité et la diversité, voir la singularité des vieux tracteurs. Pour ces raisons, ces « vieilles soupapes » dégagent un caractère affirmé et ont souvent un design attachant.  À contrario, les tracteurs contemporains ont un design uniforme, leur silhouette est imposante. L’électronique a pris en main de nombreuses fonctions qui libèrent le chauffeur.

Évolution du machinisme et environnement

Dans un premier temps le machinisme agricole était de l’ingénierie, souvent artisanale, destinée à soulager le cultivateur des tâches pénibles. Il est vite devenu un outil de d’amélioration de la productivité. Parallèlement, nos campagnes ont commencé à se dépeupler. Avec l’industrialisation de l’agriculture et la concurrence des productions mondiales, la taille des exploitations s’est accrue. Le paysage rural et les méthodes culturales ont également profondément changé. Ainsi le paysage bocager breton a complètement disparu au profit de grandes parcelles plus adaptées au profil des tracteurs modernes.

Machinisme productiviste, les conséquences induites

Le paysage bocager breton a quasiment disparu en moins d’un demi siècle. L’abandon de la polyculture au profit d’une quasi monoculture et d’une agriculture intensive conduit à un appauvrissement de la biodiversité. Ainsi entre 2001 et 2009 les oiseaux spécialisés dans les milieux agricoles ont vu leur effectif baisser de plus de 15% (source Observatoire de la biodiversité en Bretagne).  Les pollinisateurs qui subissent aussi l’appauvrissement du milieu (disparition des plantes messicoles et des prairies naturelles) voient leur survie menacée par l’emploi des néonicotinoïdes.

L’avenir est dans le tracteur autonome

Le progrès n’a de limite que l’imagination humaine et la cadence des acquisitions techniques. Le tracteur agricole du futur est déjà opérationnel ! C’est un tracteur sans pilote qui peut être monitoré depuis une tablette ou un ordinateur. Cette autonomie va accélérer la distorsion concurrentielle entre les zones propices à l’automatisation (grandes plaines) et les zones rurales aux parcelles morcelées. Cette évolution naissante souligne l’impérieuse nécessité du monde agricole à définir un modèle agricole français pérenne basé à mon avis davantage sur la qualité que sur le productivisme.

Tracteur autonome Case IH

Tracteur autonome polyvalent chez New Holland

Allgaier le tracteur du peuple – Monocylindre à refroidissement par bouillote dont la production est reprise par Porsche dès les années 1956

Pour tout savoir sur le SOMECA SOM 40 et son robuste moteur diesel 4 temps à injection directe de 4 165 cm3.

 

 

3 pensées sur “Vieux tracteurs Pont-Scorff : Transport vers les sixties

  • 07/08/2017 à 10:45
    Permalink

    c’est absolument passionnant. J’ai donné les liens à mon mari qui est bien sûr venu aussi visiter.
    Il a parcouru les billets avec un brin d’envie devant ces tracteurs historiques en état de marche.
    Notre vieux Zetor 3 cylindres est en panne. Grosse panne et difficultés pour trouver des pièces car en plus de sa vétusté il semblerait que le 3 cylindres soit une rareté! ça ne nous arrange pas et on se prend à regretter de ne pas être en Bretagne!
    Comme toujours, ton travail journalistique est de grande valeur et rend hommage à ceux qui perpétuent le travail du passé.
    Bonne fin d’été, Sergio.

    Répondre
    • 07/08/2017 à 1:07
      Permalink

      Bonjour Maïté,
      Enfant j’étais passionné et fasciné par la puissance dégagée par les tracteurs. Je les retrouve un demi siècle après avec les mêmes émotions. Dans le même temps, la standardisation poussée des nouveaux tracteurs ne me donne pas de coup de cœur. Je ne suis pas de la partie mécanique, mais la première chose à faire il me semble, est l’identification des pièces défectueuses. Ensuite noter le numéro de série du tracteur et de la pièce (s’il y en a un dessus) et de contacter des sites spécialisés. Par exemple dans la région bordelaise il y a Valety Le Barp site http://www.valety.fr/. La gamme Zétor était connue en France dans les années 70. Je pense pour des raisons de coût d’acquisition moins élevés. Ils semblaient satisfaire leurs propriétaires. Dans cette note j’ai voulu mettre en perspective l’évolution du machinisme depuis le début de la motorisation et les conséquences qui en découlent. Une nouvelle révolution est en train d’apparaître avec les tracteurs autonomes. Je ne suis pas sûr que le monde agricole anticipe ce qui est en train d’arriver. Sans réflexion stratégique, sur le choix des filières à privilégier, notre agriculture risque de se trouver concurrencée par les productions à moindre coût.
      Bonne fin d’été en Aquitaine. Ici le climat océanique nous apporte un peu de fraîcheur.

      Répondre
      • 08/08/2017 à 9:24
        Permalink

        Bonsoir Serge
        Le tracteur a eu une première approche mécanique grâce aux efforts conjoints d’un ami et de mon mari. Mais la panne s’est avérée suffisamment grave pour que nous prenions des renseignements et que nous fassions intervenir une entreprise (consentante). Il s’agit de l’intérieur de la pompe et des pistons (Motorpal)qui sont hs.
        Dans ses recherches, mon mari n’est pas tombé sur l’entreprise du Barp avant ces jours derniers.
        L’entreprise Agri 40 qui nous a été recommandée par les gens du coin a la pièce en main et va nous fournir un devis. Apparemment le fait que le tracteur soit un 3 cylindres pose problème, ainsi que sa vétusté.
        Dans le temps, le tracteur était entretenu à domicile par un mécanicien et les pièces venaient d’une entreprise d’Hagetmau dans les Landes.Le temps a passé et l’entreprise a changé aussi.
        Mon mari dit que c’est un tracteur difficilement maniable, compliqué pour le relevage et sans doute en effet a-t-il été choisi pour son prix. Auparavant, mon père avait un petit tracteur plus maniable ( un pony) et ma mère s’en servait sans problème. Il m’est aussi arrivé de la conduire. Mais le Zetor, pas question de le conduire!
        Sinon c’était du solide, notamment pour les travaux des bois.
        Merci d’avoir fait des recherches pour nous.
        Les problèmes du monde agricole ne sont pas sur le point de s’arranger ni dans son évolution, ni dans la façon de considérer les différents secteurs, notamment le bio et pour tout te dire, je suis très pessimiste aussi.
        Ici l’été ressemble presque à un début d’automne: des températures moyennes (qui me conviennent parfaitement), une pluie rare qui n’arrive pas à refaire le niveau des nappes phréatiques, beaucoup de vent desséchant l’ensemble et toujours cette pénurie d’eau.Tout le département est en crise.Mais il fait partie des 80 départements touchés…
        à bientôt.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :