You are currently viewing Canal de la Vire et Taute à Saint-Fromond
Le château de la Rivière date du 11e siècle. Le château fut gravement endommagé en 1944 durant les combats du débarquement. Il est désormais une ruine qui est le point stratégique des cigognes blanches.

Canal de la Vire et Taute à Saint-Fromond

Le canal de Vire et Taute, long de 11,5 km relie ces deux rivières dans un paysage de marais que fréquentent des cigognes blanches. Nous sommes au mois d’octobre, pourtant les cigognes sont bien présentes. On trouve des traces de leur présence comme ces immenses nids construits sur des bâtiments abandonnés ou sur le fait d’arbres mort. Une cinquantaine de couples ont fait le choix de la sédentarisation. Alors que les autres cigognes retournent vers l’Afrique pour revenir nidifier au printemps. La raison de la présence des cigognes blanches n’est pas à priori évidente. Cependant, elles trouvent ici, un écosystème favorable qui leur garantit une nourriture abondante été comme hiver. 

Cols verts sur le canal de Vire et Taute

Cigogne en survol du canal de Vire et Taute
Une cigogne blanche survole les marécages près du canal de Vire et Taute
Ancien canal de Vire et Taute près de château de la Rivière
Ancien canal de Vire et de Taute à la hauteur du château de la Rivière à Saint-Fromond
Saint-Fromond : Canaux et marécages
Sainbt-Fromond – paysages typiques de marécages au bord du canal de Vire
Vol d'oies au dessus du marécage
De nombreux oiseaux survolent ces zones marécageuses du Cotentin.

Rat musqué dans le canal de Vire et Taute

Rat musqué - canal Vire et Taute

Les rats musqués sont en nombre sur le canal où ils trouvent nourriture en abondance.

Vues : 57

Cet article a 6 commentaires

  1. BREIZH MA BRO

    Bonjour Sergio.
    Cela me fait plaisir d’apprendre que les cigognes sont devenues sédentaires. Je regrette juste qu’elles n’aient pas migré du côté de chez moi, c’est un oiseau que j’ai vu et photographié plusieurs fois en Alsace mais je n’en ai pas vu par ici.
    Merci pour cette série, j’ai tout particulièrement été sensible à la beauté et l’originalité de la photo 2 qui offre un très chouette graphisme.

    1. Sergio

      En réalité il s’agit de la même espèce qu’en Alsace, cependant les deux populations ne se mélangent pas. Ceci s’explique par le fait que les flux migratoires sont différents. Découvrir en ce lieu des cigognes fut pour moi un beau moment même si je n’ai pas pu les approcher davantage en raison de fenaisons qui tenaient ces échassiers à distance. Ce qui frappe ici, est l’omniprésence de l’eau. D’autre part le climat océanique, doux et humide semble leur convenir. Les nids fait de branchages sont impressionnants, j’ai lu que certains pèsent jusqu’à 600 kg. Quant à la photo 2 elle est prise sur l’ancien canal à un endroit où le débit est très lent. Merci donc pour le partage de cette vision.

  2. pascale MD

    Coucou Serge,
    Avec les changements climatiques, elles migrent de moins en moins dans notre pays. Dans le sud, elles sont aussi de plus en plus sédentaires.
    Beaucoup de lentilles d’eau, là encore le réchauffement ;-(
    Sur la photo 7, ce ne sont pas des Cigognes mais des Oies. Superbes d’ailleurs, même à cette distance.
    Merci pour la partage de cette chouette série.
    Belle journée à toi.

    1. Sergio

      Merci pour cette remarque avisée, je n’avais pas suffisamment prêté attention. J’ai corrigé la légende en conséquence. Merci pour le commentaire, les photos ne sont pas parfaites, mais j’ai malgré tout décider de les insérer. Car j’ai été séduit de cette promenade vivante sur le chemin de halage de l’ancien canal.

  3. Colo

    Quelle vie dans ces marécages, c’est extraordinaire. De quoi manger et être mangé !
    Je n’ai jamais vu en vrai de rats musqués, ils ressemblent aux castors semble-t-il, je me trompe ?
    Merci pour ces photos si vivantes, bon week-end !

    1. Sergio

      Un peu mais la taille et le poids sont différents puisque le rat musqué pèse tout au plus 1.5 KG soit 10 fois moins qu’un castor. Le rat musqué est présent dans la plupart des écosystèmes favorables en Eurasie. Cependant l’Espagne semble faire exception cet animal peuple les marécages et les cours d’eau de préférence lents où il trouve des plantes aquatiques, base de sa nourriture, en abondance. Bon week-end aussi !

Laisser un commentaire