You are currently viewing Coulemelle ou lépiote élevée en direct du jardin

Coulemelle ou lépiote élevée en direct du jardin

Ecosystème de la Coulemelle ou lépiote élevée

La coulemelle ou lépiote élevée est un beau champignon élégant de la famille des agaricacées. Autrement dit il appartient entre autres au même groupe que le champignon de Paris qui jouit d’une réputation qui dépasse largement nos frontières. Concernant le Macrolepiota dont le nom plus usuel est coulemelle ou à l’occasion lépiote élevée, il s’agit d’une espèce que l’on cueille exclusivement dans la nature. Il pousse le long des talus, ou dans des clairières ainsi que dans des champs ou espaces découverts provisoirement en friche. Son habitat de prédilection s’accommode parfaitement de la fougère ou d’herbes hautes ou rases d’ailleurs. En tous cas toujours en présence de débris végétaux.

Coulemelle, lépiote élevée, Macrolepiota procera
Coulemelle, lépiote élevée, Macrolepiota procera – L’écosystème de ce beau champignon nécessite une terre en friche où le mycélium tisse facilement son réseau.

Identification de la coulemelle ou lépiote élevée

Pour le cueilleur de champignons averti l’identification de la coulemelle est facile il n’y a pas de risque de méprise. Pour les cueilleurs moins experts je recommande une observation approfondie des caractéristiques. Toutefois de prime abord le pied a une collerette coulissante que le chapeau occulte parfois lorsque la coulemelle est jeune.

Coulemelle caractéristiques principales

  • A maturité, le champignon repose sur un pied bulbeux longiligne de 10 à 15 cm.
  • Le chapeau en forme d’ombrelle mesure entre 10 et 30 cm de diamètre.  Un mamelon d’une couleur brune est au centre et surmonte le chapeau. La cuticule de la peau externe qui recouvre le champignon a une couleur brune tirant sur le marron. En raison de sa finesse, la cuticule  est sèche. Des écailles brunes circulaires couvrent la totalité du chapeau.
  • Le pied bulbeux creux et ligneux lorsqu’on le casse a des zébrures brunes. L’anneau double blanchâtre est situé dans la partie supérieure du pied. Il n’est que très peu collé et par conséquent il coulisse sur le pied. Ce qui n’est pas le cas d’autres champignons. 
  • Sous le chapeau des lamelles fines occupent la totalité de l’espace. La couleur blanche lorsque le champignon est jeune tire sur le brun lorsque la maturité avance. 

La coulemelle en vidéo sur youtube

 

Coulemelle, lépiote élevée, Macrolepiota procera - le chapeau
La dimension du chapeau de la coulemelle varie a maturité ente 10 et 30 cm. Le mamelon brun foncé est central. La cuticule grise est couverte d’écailles brunes circulaires comme le montre la photo.
Jeune pied de coulemelle
Ce jeune pied de coulemelle est fraîchement éclos.
Coulemelle dans la pelouse
Le pied de coulemelle est fin et long. Il comporte des zébrures brunes qui rappellent les écailles du chapeau. A ce stade, le pied qui reste non ligneux est consommable.
Coulemelle, lépiote élevée, Macrolepiota procera
Le pied de la coulemelle est facilement identifiable. Le collier qui se trouve à la naissance du chapeau est visible lorsque le chapeau s’ouvre.
Coulemelles conveses sur la pelouse
Généralement la forme du chapeau de coulemelle est concave surtout dans leur stade de développement initial. Le chapeau convexe indique que la maturité est trop avancée. Au passage, remarquons la chair blanche du chapeau ainsi que les striures fines qui sont les lamelles

 

Règles de cueillette

La règle concernant la cueillette des coulemelle est celle qui s’applique à tous les champignons. Cependant, compte tenu que le pied est fibreux on le coupe à mi hauteur. En définitive ce process évite  la  perturbation du mycélium qui est en fait un vaste réseaux souterrain qui se nourrit du substrat de surface. Remarque concernant les autres champignons dont les pieds sont comestibles. Dans ce cas précis, le champignon ne s’arrache pas ! A défaut d’un prélèvement à l’arraché, une découpe du pied à la base du mycélium est de loin la meilleures méthode.

Coulemelle, lépiote élevée, Macrolepiota procera - Chapeau détail
Cuticule de lépiote élevée en grossissement où l’aspect ligneux des écailles se révèle

La prudence est de mise

En cas de doute une confirmation par un cueilleur expert s’avère nécessaire même si un livre sur les champignons vous fournit des bases d’identification. Mais il faut bien comprendre que la rigueur est de mise en ce qui concerne les champignons.  En ultime recours vous pouvez soumettre la cueillette au pharmacien local. En effet le cursus pharmacie comporte un module mycologie. Autre point aussi qui relève du bon sens : Évitez la cueillette de la coulemelle qui pousse dans des lieux susceptibles de contamination. C’est par exemple le cas des bords de routes très fréquentées car le mycélium est un formidable capteur d’oligoéléments. En conséquence, il concentre les métaux lourds et autres polluants qu’il puise dans son environnement immédiat. 

La coulemelle en cuisine

L’odeur du champignon est fruitée, il est un excellent comestible dont le goût rappelle celui de la noisette. Le pied sauf lorsqu’il est jeune ne se consomme pas car il est ligneux. Idéalement on ne pèle pas la coulemelle. Une élimination des déchets végétaux par essuyage ou brossage convient parfaitement. Pour la cuisson découper les chapeaux en carrés puis jeter le tout dans une poêle bien chaude pour les saisir. Ensuite ajouter des œufs battus, de l’ail, du persil, des lardons une omelette qui dégage un fumet champêtre est prête pour la dégustation. Cette recette simplissime est sans prétentieux mais réalisable en un tour de main. Il existe par ailleurs de nombreux sites qui proposent des recettes beaucoup plus élaborées.

Valeur nutritionnelle

Comme beaucoup de champignons comestibles, la coulemelle contient de nombreux minéraux dont le potassium, le phosphore, le zinc mais aussi du fer. En outre, les apports en vitamine sont intéressants pour l’organisme notamment en raison de leur action antioxydante. 

Expériences de culture mycologique

Voici quelques années j’ai dispersé du mycélium de coulemelle dans mon jardin. Et le résultat est plus que probant puisque ce beau champignon en colonise maintenant les abords. Le tout pour le plus grand plaisir visuel comme gustatif. Selon mon observation, la culture de la coulemelle semble spontanée, ce qui n’est par exemple pas le cas pour le cèpe. Ceci me permet l’observation des phases d’apparition qui s’échelonnent du printemps au mois de novembre. L’automne reste de loin la période la plus propice alors qu’en plein été son apparition reste l’exception.

Coulemelle ou lépiote élevée - génération spontanée
Génération spontanée en relation avec le cycle lunaire au mois de septembre. Ces champignons sont issus d’épandage de mycélium quelques années auparavant.

Cet article a 8 commentaires

  1. Pascale MD

    Bon soir Serge,
    Un article très complet sur ce champignon qui pousse aussi dans mon jardin. Il a d’ailleurs empoisonné mon chien il y a peu, bien qu’il soit comestible, pour lui il ne l’était pas. Nous devons donc surveiller chaque matin qu’il ne puisse recommencer.
    C’est un joli champignon. Coup de coeur pour la photo 2.
    Bonne fin de soirée

    1. Sergio

      Nous sommes donc en phase concernant l’approche du jardin. Le fait que les champignons poussent indiquent que l’écosystème fonctionne et n’est pas trop perturbé par l’intervention humaine. Par contre je suis un peu baba qu’un chien mange du champignon cru, heureusement que ce n’était pas un toxique mortel comme l’amanite par exemple. Bonne fin de soirée Pascale

  2. Chinou

    C’est la saison , Sergio, et lorsqu’ils sont bien fermés comme celui de ta toute première photo, ils finissent dans mon assiette. Chez nous, ils portent également le joli nom de St Michel. J’aime moins m’attarder sur le grossissement des écailles 🙁
    La météo ce week end est propice à la cueillette. Ici nous allons les ramasser en campagne à défaut de les avoir au jardin ! Bonne journée.

    1. Sergio

      Les cueillir à la campagne est une très bonne option. Attention toutefois aux chasseurs ! Le nom de Saint-Michel lui va bien

  3. Colo

    Ah, je ne le connaissais pas, jamais vu par ici en tous cas !
    Merci pour toutes ces informations et conseils Sergio.
    tes photos sont, comme toujours, de toute beauté.

    1. Sergio

      Aah, je viens d’en manger ce midi en accompagnement, ils sont tout simplement délicieux ces champignons. Il n’est pas étonnant que tu n’en voies pas dans ta belle île car le climat est bien différent. Merci pour le commentaire sur les photos.. Bonne fin de journée Colo

  4. Jean paul Plancq

    Très bon article .Photos réalistes. Bravo

    1. Sergio

      Merci pour votre passage et l’appréciation de cet article. Il est toujours agréable d’avoir un retour. Bonne fin de journée

Laisser un commentaire