Four à pain de Saint-Urchaut à Pont-Scorff
La flambée avec des fagots permet d'obtenir une chaleur vive et rapide

Four à pain de Saint-Urchaut à Pont-Scorff

Immersion dans la vie d’un village dans la première moitié du 20e siècle

Le site du manoir de Saint-Urchaut accueille chaque année une manifestation populaire dont l’intitulé du blé au pain qui propose de vivre une tranche de vie de la première partie du 20e siècle. Dans ce contexte, le vieux four à pain de Saint-Urchaut reprend du service.

Le four à pain était une pièce maîtresse pour les villageois

Le four à pain constituait indéniablement une pièce maîtresse dans la vie d’un village. Généralement les villageois s’organisaient à tour de rôle pour fabriquer le pain nécessaire à l’autonomie d’une semaine. En effet la montée en chaleur d’un four à pain en pierre est longue. Elle doit être progressive pour que les pierres accumulent de la chaleur et la restituent par la suite. C’est pourquoi le four est mis en chauffe la veille. Par la suite, le four doit être maintenu à une température élevée. Les fagots sont utilisés pour obtenir rapidement une chaleur très élevée qui atteint la température de 350 ° .

La température optimale pour la cuisson du pain

Les photos montrent l’étape de maintenance de la température optimale du four. Cette flambée permet donc au four d’accumuler de la chaleur. Une fois la flambée terminée il ne reste plus que quelques braises incandescentes. C’est le moment d’enlever les cendres et de nettoyer la sole en granite. Par la suite, les boules de pains sont introduites lorsque la température du four atteint plus ou moins 250°

A gauche et à droite les pelles à enfourner le pain. L’outil avec un manche métallique est un râteau à braise, le rouable.

Hits: 45

Cet article a 5 commentaires

  1. Bon soir Sergio,
    Il est splendide ce four à pain, et sacré privilège, tu as pu le photographier en fonctionnement.
    As-tu pu goûter au résultat en sortie du four ?
    Je te souhaite une belle fin de soirée

    1. Effectivement la chauffe du four préparait une nouvelle fournée. Il y avait des boules de pain toutes chaudes sorties du four et aussi des brioches. Mais je ne l’ai pas goûté, car je ne voulais pas m’encombrer d’une grosse boule de pain. Quant aux brioches, je les aurais volontiers prises pour le petit déjeuner mais l’heure était passée. Ici en Bretagne, chaque village ou presque disposait d’un four à pain. Il se trouve que des associations organisent des fêtes du pain. Je trouve cette animation intéressante pour les jeunes générations qui ont perdu le contact avec les artisans. Dans mon enfance, j’allais voir le boulanger du village qui cuisait le pain au feu de bois. J’étais fasciné par le pétrin qui malaxait la farine jusqu’à obtenir une pâte consistante.

  2. Il est magnifique et fait de très belles pierres comme beaucoup de fours à pain chez nous. Très beau rendu des flammes.

  3. Indispensables ces fours communs, très belles photos.
    Ici en Espagne les habitants y apportent aussi de grands plats tout prêts de moutons ou cochons de lait à cuire, chez vous aussi? Surtout ne temps de fêtes comme Noël ou Pâques.
    Bonne journée Sergio.

    1. Les fours en Bretagne sont seulement des fours à pain. Cependant cette tradition espagnole est très sympa et conviviale.

Laisser un commentaire