Graphe urbain Doëlan : Capitaine Cook

Graphe urbain ou clin d’œil à l’histoire locale

L’ancien café hôtel du Port Doëlan se positionne à l’embouchure de l’anse de Ster Vinou. Il surplombe le quai qui est accessible par un escalier. La partie du bâtiment côté du port, construite sur pilotis, supporte une terrasse.  A l’étage de larges fenêtres donnent une vue panoramique sur la totalité de l’anse de Kersimon. C’est dans ce cadre magnifique que je m’installais pour prendre une consommation dans les années 70.  Ce n’est désormais plus possible car depuis de nombreuses décennies l’établissement est fermé. Mais notre point d’intérêt concerne aujourd’hui la base des pilotis qui abrite la vaste terrasse. En effet cet endroit est ouvert sur les quais du port. De plus il permet le passage piéton vers la petite anse de Ster Vinou. C’est donc ebn ce lieu ouvert, à l’abri des intempéries, qu’un ou plusieurs artistes ont peint sur les murs quelques graphes dont celui qui illustre le capitaine Cook.

Doëlan, ancien Hôtel Café du Port
Une photo douce réalisée en contrejour avec une vieille optique Kiron qui marque ici ses limites en rapport aux optiques modernes. L’intérêt de la photo est la représentation de la partie aval de l’anse de Kersimon ainsi que de l’ancien hôtel café du port dont la loggia qui abrite des graphes.

Graphe mémoriel du capitaine Cook, le symbole 

Le graphe propose une version revisitée de la célèbre marque de conserves Capitaine Cook qui possédait une usine de transformation sur la rive droite de l’anse de Kersimon à Doëlan. Ce graphe est donc selon toute  vraisemblance l’œuvre d’un artiste local ou alors au fait de l’histoire des lieux puisque cette conserverie transformait la sardine, le maquereau ou encore le thon germon. L’intérêt de ce tableau éphémère est avant tout le rappel mémoriel de  Cette usine édifiée en 1877, fonctionna  sans discontinuer jusqu’en 1998, elle laisse donc une trace dans la mémoire d’un port où la pêche constituait la richesse principale. L’usine est désormais rasée et signe des temps, un projet hôtelier est en cours d’instruction.

Graphe urbain à Doëlan : Capitaine Cook
Capitaine Cook une version personnelle d’un grapheur qui marque de manière certaine la mémoire de Doëlan. En effet les bâtiments de l’ancienne conserverie du capitaine Cook apparaissent en arrière plan du médaillon. On notera aussi au passage le filet de fumée blanche de la pipe du capitaine Cook qui fait opposition à la fumée noire qui s’échappe de la cheminée de la conserverie.
Graphe urbain à Doëlan : Capitaine Cook conservez-vous
Rien de particulier dans ce graphe si ce n’est encore un clin d’œil à l’ancienne activité de conserverie. Ce graphe est raccroc à la mémoire des lieux puisque sous le thème de la fameuse boîte à sardines il lance une invitation : “Conservez vous”…
Graphe urbain à Doëlan : cadran en improvisation
Un axe dépassant le mur sert ici d’improvisation pour la libre représentation d’un cadran.

 

Info sur les photos 

Essai pour le fun d’un vieil objectif  Kiron 28 mm 2,8 nikon AI donc totalement manuel map et réglage diaphragme. Le boitier gère automatiquement l’exposition.  A mon sens cet objectif délivre des résultats honorables bien qu’il soit largement dépassé par les optiques modernes.

 

Vues : 74

Cet article a 4 commentaires

  1. Pascale MD

    Bon soir Serge,
    Ils sont sympas ces graphs urbains.
    Le second est très parlant et image bien la vie urbaine.
    C’est amusant de passer au manuel de temps à autre. Quand le sujet ne bouge pas, j’avoue que c’est quelque chose de très instructif pour comprendre le fonctionnement du diaphragme pour les effets de profondeur de champ.
    Bonne fin de journée

    1. Sergio

      Utiliser un vieil objectif totalement manuel ramène aux basics de la photo que les modes experts ne permettent pas d’aborder. Ces vieux objectifs rappellent au photographe la plage de netteté en fonction de la mise au point. Comme tu le démontres dans ton espace photo naturaliste, l’autre paramètre essentiel est la gestion de l’ouverture en relation avec la profondeur de champs essentiel pour la gestion des arrières plans.

  2. Bonsoir Sergio. Pas de chance, je ne suis pas fan du tout des grafs à de rares exceptions près. Celui de la photo 2 dans la boîte de sardines m’a quand même fait sourire. Bonne soirée

    1. Sergio

      Moi j’aime bien parce que le graphe urbain est un mode libre d’expression qui laisse place à toutes les formes de créativité. Dans le cas présent, au delà du graphe, ils fornt référence à l’histoire locale d’où l’intérêt qu’ils représentent. Encore faut-il faire le lien. Bonne soirée à toi

Laisser un commentaire