Jardin en hiver : La stratégie des plantes

Au jardin, même en hiver, il n’y a pas de morte saison. Certaines plantes  entrées dans un cycle végétatif au ralenti se préparent à la métamorphose du printemps. Pendant que d’autres fleurissent au cœur de l’hiver. Elles donnent alors à la fois des notes chaleureuses et odoriférantes.  Voici donc quelques exemples de stratégies de plantes et des photos qui illustrent leur prodigalité.

Le camélia, la lumière du printemps en hiver

Ce camélia de couleur rouge pourpre illumine le jardin d’hiver. Le camélia offre une grande diversité de couleurs lié aux pollinisations croisées. Ce qui est le cas pour le spécimen présenté ci-dessous. Laisser pousser un camélia issu de l’hybridation est un pari osé car il faudra attendre plusieurs années pour connaître si le résultat aléatoire de l’hybridation a produit une fleur digne d’intérêt. Concernant ce camélia, on peut dire que le résultat du croisement est honorable, sans pourtant être exceptionnel. Cependant dans le cas d’un résultat non satisfaisant il est toujours d’utiliser le plant comme porte-greffe pour supporter une variété choisie.

Fleur de camélia - hybride
Camélia : En plein cœur
camélia pourpre au jardin d'hiver
Un bouton de camélia prêt à éclore

Sur ce camélia, la nature fait des prodiges. Les premiers boutons sont apparus au plus fort de l’hiver. Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il gèle,au fil des jours ils se dont développés.

Bouton de camélia au mois de février
Et le résultat est ce camélia bicolore qui a déjà subi une violente tempête, des pluies incessantes et le gel. Pourtant malgré les intempéries il ne périt pas. Cependant les pétales expriment les stigmates climatiques en autant de points d’oxydation. Les abeilles qui sortent généralement à des températures basses, souvent inférieures à 10° n’ont pas encore beaucoup butiné les pistils riches en pollen. Pourtant une belle journée suffit pour qu’elle organisent un ballet aérien entre la ruche voisine et le camélia. Car de toute évidence l’hiver qui se meurt annonce le printemps.
fleur de camélia - cœur de fleur avec les pistils

 

 

Hortensia une fleur gracieuse devenue dentelle

L’automne a passé dans la douceur océane. Chacun pensait alors qu’il n’y aurait pas d’hiver. Voir des sauges ananas en fleur à Noël n’est pas banal. Et puis retournement de situation en janvier où les tempêtes se sont succédées. Et puis il ne faut pas omettre une pluviométrie plus forte qu’à l’accoutumée. Au mois de février, la Bretagne subit son premier réel coup de froid. Cependant pas de quoi casser trois pattes à un canard ! Et le résultat est cet étonnante broderie climatique sur des fleurs d’hortensia.

Hortensia une fleur gracieuse devenue dentelle

Un réceptacle de graines dans l’univers du jardin

Ce réceptacle de graines, du genre coréopsis flotte dans l’univers marin comme s’il s’agissait d’une méduse dans le monde marin.

Réceptacle de Coreopsis en hiver
Soutenu par le pédoncule, ce réceptacle de graines de coreopsis ou autre plante du même genre semble flotter dans l’univers du jardin telle une méduse dans le monde marin. Les sépales apportent du réalisme à la comparaison.

 

 

 

 La stratégie des plantes

Le jardin d’hiver n’est pas triste, il est en éternelle métamorphose. Dès le début de l’hiver des fleurs défient la météo et le gel pour nous offrir de la lumière et surtout une touche olfactive étonnante :

  1. Le sarcococca est un arbuste qui fleurit entre le mois de janvier et mars. Malgré une fleur miniature, le sarcococca diffuse  un parfum enivrant. On pourrait se demander si cette stratégie s’avère payante. Eh bien oui, elle l’est car en hiver les insectes pollinisateurs sont rares. Elles diffusent donc ce parfum attirant pour mettre toutes les chances de leur côté.
  2. Lonicera fragantissima est aussi connu sous le vocable de chèvrefeuille d’hiver. Cet arbuste fleurit dès le mois de décembre. La floraison, échelonnée dure jusqu’au mois de fèvrier. Quelle chance pour les insectes butineurs à une saison où il n’y a pas beaucoup d’opportunité de faire bombance. Alors pour attirer les rares insectes capables de s’aventurer en tous temps, la plante dégage des fragances enivrantes pour les attirer.
sarcococca en fleur
Le sarcococca en fleur les feuilles sont jaunies par le manque de lumière. Dès qu’elle sera plus forte le feuillage prendra à nouveau un bel aspect vert foncé

 

Lonicera fragantissima

Le bouton de rhododendron est prêt à fleurir

Blotti entre les feuilles, les boutons floraux de ce rhododendron demande seulement une température positive la nuit et du soleil en journée pour s’épanouir. Une fois de plus la nature est en avance cette année. La vague de froid retarde avec bonheur la floraison.Rhododendron : Bouton de fleur

Pour complèter la visite au jardin en février, voir aussi le buisson à miel – grande mélianthe

Cet article a 10 commentaires

  1. Un article très intéressant et ton Camélia est magnifique.
    Mon jardin commence à reprendre des couleurs après sa période léthargique.
    Bonne fin de soirée

    1. J’ai effectivement axé les photos sur l’adaptation et la stratégie de plantes pendant la période la plus froide et la moins lumineuse de l’année. Au jardin tout n’est qu’apparent sommeil, les plantes préparent activement le printemps.

  2. Bonjour Sergio. J’aime tes photos de camelia mais pas trop le bouton, trop macro à mon goût… mais les goûts… ma préférence va aux dentelles finement ciselées de l’hortensia. Bonne journée

    1. Ce sont quelques instantanés du jardin, un micro état des lieux en quelque sorte. Bonne journée !

  3. Une belle balade dans ce jardin hivernal , ta passion sent aussi bon que tes photos,¨Phil

    1. Voir le jardin vivre en toute saison en lien avec la nature et les insectes est effectivement passionnant. L’autre passion de longue date est la photo, le lien est facile à faire… Bonne journée Phil

  4. Oh quel beau, superbe billet très intéressant!
    Merci Serge, ces fleurs d’hiver, championnes du froid, sont toujours fascinantes.

    1. Prenons par exemple le cas du lonicera, cette plante fleurit dès le mois de décembre. La floraison va se prolonger jusqu’au mois de mars. Puis les feuilles vont se développer. Chose curieuse, les fleurs ne sont pas affectées par les gels même sévère tout en diffusant un parfum subtil. Si cette plante agit ainsi c’est pour la pollinisation car ces fleurs fructifient en formant des petites baies bleues qui portent en elle le germe d’une nouvelle plante.

  5. Ton jardin d’hiver est très beau et reflète les soins que tu lui apportes.
    Ici, pas de dentelles d’hortensias car je les ai taillés au début de l’hiver.
    Le camélia prépare ses boutons longuement, depuis la fin de l’été et fleurit depuis quelques semaines.
    Durant toute la saison froide (et aussi le reste de l’année d’ailleurs), fleurissent au jardin les différentes hellébores, les schlumbergera.
    On a même cet hiver l’épicactus orchidée sous léger abri, qui n’en finit pas de fleurir! Ceci est assez étonnant car d’habitude, cela se passe au début de l’été.Idem pour le clivia qui a vu sa date de floraison basculer aussi à l’hiver alors qu’il reste dehors!!!!!!!!
    Et bien sûr, chaque année depuis des décennies, les différents schlumbergera apportent leurs touches de couleur…
    Maintenant,les violettes sont là…

    1. Bien sûr, au jardin d’hiver, les hellébores sont incontournables.Hum les schlumbergera, il faut les abriter un peu non ? Quand à l’épicactus orchidée, c’est une des fleurs préférées de belle maman. Elle reste dehors toute l’année sans trop craindre le gel à condition qu’elle ne soit pas mouillé. C’est vrai que cette fleur fleurit plutôt au courant du printemps… Comme tu le remarques les saisons sont un peu chamboulées avec toutes les conséquences néfastes sur la végétation notamment pour les productions arboricoles.

Laisser un commentaire

Fermer le menu