You are currently viewing La villa Savoye un parcours architectural unique

La villa Savoye un parcours architectural unique

La famille Savoye était une riche famille qui  œuvrait dans les assurances après la seconde guerre mondiale. La famille habitait dans un bel appartement parisien mais Me Savoye désirait avoir un « petit » chez soi . Cependant Mr Savoye, traumatisé par la première guerre mondiale était hanté par une prémonition que les allemands vaincus souhaitaient une revanche. Il pensait qu’une seconde guerre mondiale se préparait. Il se contentait donc de vivre dans un appartement luxueux à Paris. 

La villa Savoye un parcours architectural unique
On remarque l’aspect aérien de la construction qui semble doucement posé sur le sol. Il s’agit de la façade visible depuis l’entrée de la propriété. Le chemin de droite conduisait au péristyle que le C3 empruntait. La sortie s’effectuait par la gauche concluant ainsi le parcours architectural automobile !

La villa Savoye, le projet prend forme

C’était sans compter sur l’obstination de madame qui finalement obtint gain de cause. Il accepta donc le projet mais uniquement dans le but d’en faire cadeau à son épouse. C’est ainsi que le projet de la villa Savoye prit corps. Le projet conduit par Me Savoye, une femme de caractère, se dessina en 1927. La construction de la villa Savoye sera donc réalisée sur un vaste terrain de 7 hectares que la famille possède à Poissy. A cette époque, l’environnement est en pleine campagne et le terrain est vaste. De plus, il offre un point de vue remarquable sur la Seine.

Villa Savoye : Le choix de l’architecte Le Corbusier

Madame Savoye qui avait visité quelques réalisations de Le Corbusier.  À l’époque l’ architecte ne jouit pas encore une grande notoriété. Malgré tout Madame Savoye enthousiaste par le concept architectural novateur pour l’époque le choisit. Au début Le Corbusier est réticent car sa vocation n’est pas dans la construction particulière.  Mais il céda devant l’insistance de Me Savoye. Concernant la réalisation l’architecte revendiqua et obtint une liberté totale. Ainsi il mit en pratique les fondamentaux  de son manifeste pour une architecture moderne.

Le manifeste architectural de Le Corbusier

Le manifeste architectural de Le Corbusier s’appuie sur un concept révolutionnaire pour l’époque en voici les éléments fondamentaux :

  1. les pilotis (le rez-de-chaussée est un espace dégagé favorable aux circulations, les locaux obscurs et humides sont supprimés, le jardin enveloppe le bâtiment et occupe éventuellement le toit terrasse)
  2. Le toit-terrasse s’ouvre totalement sur l’extérieur. Il remplace le toit traditionnel en pente. Par conséquent le toit terrasse offre de nombreuses possibilités d’aménagement. 
  3. Le plan libre  supprime les murs de refend. La suppression des murs porteurs aèrent la structure qui devient un espace ouvert. Les piliers qui supportent les dalles deviennent un élément décoratif.
  4. La fenêtre en bandeau allège encore la structure et donne l’impression d’avoir de multiples tableaux lorsque l’on contemple la nature. On voit ici toute l’importance de cette conception car le site est magnifique à l’époque. 
  5. La façade libre les poteaux sont en retrait des façades impliquant un plancher en porte-à-faux, La façade apparaît d’autant plus légère surtout en comparaison des murs porteurs de l’architecture traditionnelle.
    La villa Savoye un parcours architectural unique
    Le manifeste Le Corbusier mis en œuvre dans la villa Savoye. Cette photo d’ensemble montre la parfaite intégration à la nature environnante. On remarque aussi la verrière sous le péristyle. Les fenêtre à bandeau à l’étage et au dernier niveau le solarium.

Le Corbusier aux sources de l’inspiration de l’architecte

Pour compléter le tableau, Le manifeste développe un style épuré qui laisse entrer la lumière. A ce stade il est nécessaire de préciser que Le Corbusier a beaucoup voyagé notamment à travers les pays méditerranéens. Il a par exemple séjourné une semaine complète à Athènes où il étudia la structure des temples grecs avec les colonnes doriques ou ioniques. Après tout, les piliers ne sont-ils pas une reproduction des colonnes antiques ?

Pour Le Corbusier il n’y avait pas de hiérarchie dans l’utilisation des matériaux

Par ailleurs pour Le Corbusier, il considérait que tous les matériaux étaient dignes d’intérêts. Ce concept s’oppose donc aux édifices antiques qui utilisaient souvent le marbre comme matériau d’œuvre. Cependant, contrairement aux monuments antiques, Le Corbusier veut un style épuré sans décoration superflue car c’est la fonction qui justifie l’emploi. Cette remarque étant posée, n’est-il pas toutefois frappant de constater que l’auvent qui entoure la villa s’inspire du péristyle antique ?  Cette approche nouvelle permet de créer des espaces ouverts où la lumière est partout présente.

L’expertise du béton armé

Le béton armé fait son apparition en 1850 mais ce n’est réellement qu’au début du XXe siècle qu’il est  utilisé pour la fabrication des immeubles. Sans ce savoir faire, la villa Savoye n’aurait pas vu le jour.

La liberté architecturale versus limites techniques

Pour rappel la villa Savoye n’a pas de murs porteurs.  Des poteaux qui font partie intégrante du décor s’intègrent totalement à l’architecture.  Pour mémoire, en l’absence de murs porteurs, les poteaux sont indispensables. Ils contribuent à la réduction de la portance qui à l’époque ne pouvait pas dépasser 6 mètres. Mais qu’importe, dans le concept Le Corbusier, tout est apparent, tout est utile et donc cela fait partie du fonctionnel et de l’esthétique du bâtiment. Enfin les larges baies verticales ou horizontales donnent une ouverture à 360° sur le jardin.

La villa Savoye posée sur pilotis est aérienne

La villa Savoye ressemble à une soucoupe volante qui se serait délicatement posée sur la pelouse verte.  En outre, il ne laisse rien au hasard, c’est ainsi que les portes du garages se confondent avec la nature environnante. Il s’agit d’un vert anglais, une couleur spéciale déposée par Le Corbusier. L’objectif unique était de laisser une empreinte minimale sur l’environnement.

Villa Savoye les portes du garage en vert anglais
Les portes du garage apparaissent avec sobriété sous les piles. Elles sont le prolongement de la pelouse
Vert anglais de la villa Savoye
Le vert anglais est une peinture déposée par Le Corbusier. Elle permet le prolongement de la pelouse qui fusionne avec la façade. Ceci laisse une empreinte environnementale minimale.

L’orientation de la villa Savoye

Chose étonnante, la villa Savoye est construite en prenant en compte le périmètre de braquage de la voiture des propriétaires. Les Savoye possédaient des C3 Citroën ou équivalents, or à cette époque rares étaient les voitures. Dans le concept de l’architecte, l’entrée dans la maison est comme une promenade architecturale. C’est pourquoi la voiture pénètre dans le parc par une allée dont les courbes épousent le rayon de braquage. Elle pénètre ensuite sous le péristyle qui lui aussi prend en compte le rayon de braquage de la Citroën C3 ou équivalent car le couple possédait plusieurs berlines. En fait, compte tenu de la prise en compte du rayon de braquage, les verrières de l’accueil sont également en ligne courbe.

Villa Savoye la verrière du rez-de-chaussée
La verrière du rez-de-chaussée épouse la courbe du rayon de braquage de la Citroën C3. Le graphisme est moderne frise la perfection.

Garage de la limousine 

Toujours sous le péristyle, le chauffeur de maître s’arrête devant l’entrée qui descendent de la limousine. Le chauffeur continue sous le péristyle et remise la voiture sans aucune manœuvre dans le garage. Pour sortir la voiture, il lui suffit de reculer pour accueillir les maîtres. La voiture repart sous le péristyle, ayant effectué un 3/4 de tour autour de la maison. Il emprunte l’allée de sortie dont la courbe est également calculée en fonction du rayon de braquage de la C3 ou C4 Citroën. A la fin du cycle dépose et embarquement des propriétaires, la boucle se termine donc le parcours architectural de la villa Savoye.

Le rez de chaussée et l’étage

La villa Savoye escalier hélicoïdal rez de chaussée
L’escalier hélicoïdal au rez-de-chaussée. Toujours la lumière et la légèreté de la structure. Les domestiques occupaient ce niveau

Le rez-de chaussée est réservé aux employés alors que l’étage est réservé aux maîtres. Les maîtres et les invités accédaient à l’étage en empruntant une rampe et non pas un escalier. Cette idée est chère à Le Corbusier qui voulait vraiment que cette villa soit une promenade architecturale. La rampe permet de libérer le regard qui n’a donc pas besoin de fixer les marches. On peut donc pleinement profiter des dimensions architecturales de l’ouvrage. Ainsi chaque pas devient une découverte, c’était bien là l’intention de l’architecte.

Un magnifique escalier hélicoïdal de la villa Savoye

L’escalier hélicoïdal est une magnifique œuvre qui s’intègre parfaitement dans l’architecture ouverte de la villa Savoye. On note que cet escalier n’était pas emprunté par les maîtres ou les invités. En effet dans le concept de l’époque l’escalier était uniquement réservé aux employés car les maîtres et domestique ne se croisaient pas.

L'escalier hélicoïdal de la villa Savoye
L’escalier hélicoïdal est une pièce monobloc d’une grande finesse qui part du sous-sol de service reliant ensuite le rez-de-chaussée et le premier étage
Villa Savoye escalier hélicoïdal
Autant de points de vues, autant de perspectives différentes : La villa Savoye est un spectacle permanent.

Entrée de la salle à manger séjour 

Comme précédemment relaté, les maîtres et invités accédaient à l’étage par cette fameuse rampe rampe à l’étage. Mais la promenade architecturale ne s’arrêtait pas là car ils se trouvaient face à une porte vitrée transparente plein champs qui laissait deviner le paysage ouvert sur la Seine. La salle à manger séjour représente la respectable surface de 80m2.

La rampe, l'escalier hélicoïdal et la porte vitrée de la villa Savoye
A gauche, la rampe est l’accès des maîtres. Elle aboutit en face d’une porte vitrée qui ouvre le point de vue vers la Seine. L’escalier hélicoïdal sert au personnel de service. La maîtrise du béton armé pour cet ouvrage est sidérante par la finesse du travail.

 

Séjour de la villa Savoye
Les fenêtre à bandeau au format carré captent le regard. Les radiateur sont d’origine. Au sol le grès cérame est d’origine. A l’époque c’était un produit de luxe. L’éclairage au plafond est également d’origine. L’éclairage n’est pas une option de Le Corbusier mais trouvaille de Madame Savoye : Il s’agit en fait de rampes d’éclairage industrielles de marque Thomson, précision du guide de visite.
Villa Savoye la cheminée et l'éclairage du séjour
L’alignement de la cheminée aux piliers diminue son aspect incongru au regard de la recherche architecturale aux lignes épurées

Les fenêtres en bandeau au format carré

Les fenêtres en bandeau s’ouvrent sur le jardin et sur la Seine. Ces fenêtres de format carré avec leur encadrement suggèrent des tableaux car le regard est captif du format. On notera au passage que ce choix de Le Corbusier n’est pas fortuit. Car le format carré évite que le regard ait des points de fuite verticaux, ici le regard reste dans le cadre et le tableau est la nature environnante. A l’opposé, une vaste baie vitrée coulissante ouvre sur une large terrasse qui augmente encore la surface disponible. Une fois de plus les espaces ouverts fusionnent avec la nature environnante.

Villa Savoye fenêtre à bandeau
Ces fenêtres s’ouvraient à l’époque sur un large parc qui ouvrait un point de vue sur la Seine.

La baie vitrée est aujourd’hui monobloc

Villa Savoye - la baie vitrée du séjour salle à manger
L’immense baie est désormais monobloc alors qu’à l’origine un bandeau métallique la divisait en deux. Les reflets de la baie montre les ruptures de lignes omniprésentes dans l’architecture de Le Corbusier. En clair, il n’y a pas de place pour l’ennui

 

A l’époque, un bandeau séparait la baie vitrée en deux parties. Alors qu’aujourd’hui elle est monobloc. En effet, les limites techniques ne permettaient pas en 1930 la réalisation d’un seul tenant pour une si grande baie vitrée.

Villa Savoye la terrasse prolonge le séjour

La cheminée de la villa Savoye 

Tout au long de ce parcours architectural, on ne peut que constater la volonté de lignes simples, épurées ou tout ce qui est présent à son utilité. Cependant la cheminée qui se trouve dans le salon n’est pas de la volonté de Le Corbusier qui n’en voulait pas. Je dirais même, qu’il la considérait comme une atteinte aux lignes simplissimes Mais devant l’obstination de Madame Savoye, il s’inclina. Cependant, afin de ne pas briser l’esthétisme notamment la vision extérieure il positionna la cheminée en alignement avec les piliers.

La cuisine 

La cuisine de la villa Savoye
La cuisine est révolutionnaire et avant gardiste pour l’époque. Voir les plans de travail, les meubles intégrés coulissants la gestion de l’espace.

La chambre des Savoye, la salle de bain et la méridienne

Un corridor permet l’accès à la chambre Savoye. Cette chambre est éclairée par des fenêtres à bandeau comme c’est le cas pour l’ensemble de l’édifice. La salle de bains ouverte sur la chambre est lumineuse. Une méridienne en carrelage sert de délimitation entre la baignoire et la chambre. En l’absence de plans muraux disponibles, le Corbusier intégra les rangements dans l’architecture.

La chambre des Savoye, la salle de bain et la méridienne
Le décor de la salle de bains est en carreaux de faïence blanche. La méridienne en carrelage gris foncé contraste avec la baignoire bleu pâle. On notera la présence de rangements qui font partie intégrante de la pièce.
Couloir d'accès à la chambre Savoye
Le couloir d’accès se limite à sa stricte fonction. L’étroitesse de l’accès interdit toute possibilité d’encombrement. Les options de couleur soulignent la verticalité qui s’oppose à la ligne horizontale du sol. Enfin la lumière est un fil conducteur
Chambre de Roger Savoye
Le plan de travail du fils Roger Savoye dans sa chambre

Limites techniques du concept avant gardiste

La rampe d'accès au solarium de la villa Savoye
Les limites techniques concernaient l’étanchéité des terrasses. Par ailleurs le savoir faire en isolation rendait la villa particulièrement inconfortable l’été et l’hiver

Finalement, les Savoye habitèrent peu la maison car il s’avéra qu’elle était trop froide l’hiver et à l’opposé trop chaude l’été. Pour compléter le tableau, il y eut rapidement des problèmes d’infiltration. D’ailleurs Madame Savoye mis en demeure Le Corbusier de corriger ces problèmes. Il s’avéra qu’il y avait des défaut de maîtrise de la part d’un maître d’œuvre. En conséquence des réfections eurent lieu lorsque la guerre arriva. Finalement la famille Savoye s’exila en Italie.

 

Le temps de l’occupation 

Durant la guerre les allemands occupèrent la villa Savoye sans que l’on sache exactement ce qu’ils y faisaient. Et finalement les alliés prirent la relève. Après guerre un fermier l’utilisa même pour le stockage de blé ! En 1956, la villa en mauvais état est menacée de destruction.

L’expropriation et la sauvegarde de la villa Savoye

Suite à tous ces péripéties la ville de Poissy expropria en 1958 la famille Savoye. Six des 7 hectares de la propriété furent réservés à la construction d’un lycée. De fait, il ne restait plus qu’un seul hectare entourant la villa Savoye. La ville de Poissy céda finalement la villa Savoye à l’état en 1962 qui entreprit sa restauration dès 1963. Enfin l’état entreprit une procédure de classement au patrimoine national qui devint effectif en 1965. Grâce à cette prise de conscience patrimoniale, la villa Savoye figure désormais au patrimoine mondial de l’humanité. 

Annexes et infos pratiques

C3 ou C4 Citroën – 1920-1930  Le rayon de braquage de la voiture au cœur du format de « la machine à habiter » 

Villa Savoye, conseils de visite :   La villa Savoye fermait pour travaux de restauration deux jours après cette visite. Elle rouvrira ses portes en 2023. Privilégiez la visite guidée qui est éclairante sur le manifeste Le Corbusier.

Autre réalisation de Le Corbusier :  Maison La Roche 55, rue du Docteur Blanche Paris et la Cité radieuse à Marseille

Remerciements :

A Yoann l’organisateur de cette visite inoubliable. Au guide, exceptionnel en compétence, en communication et en disponibilité. Pensez-donc, la visite devait durer 1 heure, elle dépassa 2 heures : Il ne fallait pas que Le Corbusier,  aiguise notre curiosité !

Cet article a 2 commentaires

  1. Pascale MD

    Bon soir Sergio,
    Un article très complet sur cette villa.
    J’avoue que je n’apprécie pas du tout, c’est froid et impersonnel, tant l’extérieur que l’intérieur.
    En tous cas, ton billet était intéressant.
    Belle fin de soirée

    1. Sergio

      Ton point de vue est respectable mais je ne le partage pas. Il faut se mettre en situation dans la période de la création. Ce qui est intéressant est la révolution architecturale proposée ici due bien sûr à l’usage maîtrisé du béton armé. En fait, les bâtiments à piliers, le plan libre sans refend etc…etc… n’existaient pas avant. Il faut voir ce bâtiment comme une mise en scène du manifeste architectural de Le Corbusier et Jeanneret qui pose les fondements de l’architecture moderne. Bien sûr in-situ on perçoit beaucoup mieux la modernité de cette construction. En tous cas, merci pour la sincérité du point de vue, tel est bien le but des commentaires contributifs. Bonne soirée Pascale

Laisser un commentaire