Pierre taurobolique – église N.D. de Kernascléden

La pierre taurobolique, cachée derrière une rangée de bancs du transept nord de l’église de N.D. de Kernascléden se veut discrète. Elle n’en conserve pas moins un mystérieux attrait. Il y a dix ans, elle était à la même place, cependant elle attirait davantage l’attention. En effet un panneau d’information, aujourd’hui disparu, décrivait la nature de cette pierre sacrificielle. La description n’est plus mais la pierre taurobolique demeure : Le mystère aussi. La note qui suit est une reprise d’une parution de 2012 sur mon ancien site.

La pierre taurobolique au service d’un rite

Cette pierre taurobolique servait au rite de la purification  dans le culte de Mithra (culte du soleil). Une pierre similaire a été retrouvée au Mont Dol en Bretagne. Revêtu d’une tunique blanche, l’adepte descendait les degrés conduisant au fond d’un puits et s’y couchait. Un taureau était alors immolé au dessus de lui et son sang s’écoulait par les 14 rigoles de la pierre. La purification était d’autant plus efficace que le sang inondait sa tunique sur une large surface.
D’où vient cette pierre ? Personne ne le sait. Peut être l’a t’on découverte dans les fondations de l’église et alors on serait porté à croire que notre si belle chapelle est bâtie à la place d’un temple païen. Source : Panneau d’information à côté de la pierre.

Point de vue :

Il est à priori étrange de trouver un objet rituel “païen” dédié à Mithra dans une petite église bretonne. Mais le culte Mithra pratiqué en Perse s’est répandu en Arménie, au Cappadoce et l’empire romain fut influencé par le culte de Mithra entre les IIe et IIIe siècles. Le culte persique se répandit dans l’est de la Gaule allant jusqu’à la Belgique, le Bretagne n’échappa pas à cette pratique religieuse qui cependant demeura assez confidentielle.

Pierre taurobolique - église N.D. de Kernascléden
La pierre taurobolique de Kernascléden – photo septembre 2017 



 

 

Vues : 112

Cet article a 3 commentaires

  1. Pascale MD

    Hummm sympa comme rite.
    En tous cas, merci pour les explications Sergio.
    Belle journée à toi

  2. antoine delmonti

    Un article intéressant et fort bien documenté. Il me semble avoir lu, effectivement, que pas mal d’églises, de chapelles, ont été édifiées sur d’anciens sites païens, peut-être pour bien montrer aux fidèles, que le lieu de culte a changé et a supplanté le précédent ?

    1. Sergio

      Effectivement, beaucoup d’édifices ou stèles ont été christianisés à des fins d’assimilation – acceptation cultuelle. Ainsi en est-il de certains mégalithes christianisés que l’on trouve notamment dans le nord Finistère mais également d’autres stèles très anciennes en Bretagne. Il en est de même du cultes des fontaines qui christianise et emprunte des pratiques très anciennes.

Laisser un commentaire