Saint-Cado – ambiances en ria d’Étel

Saint-Cado – ambiances en ria d’Étel

Un décor de carte postale

Saint-Cado en ria Étel est un lieu unique en Bretagne. Cette petite mer intérieure offre tellement de points de vues, d’ambiances changeantes qu’il est difficile de s’en lasser. La ria d’Étel à Saint-Cado est assurément un concentré de ce qui s’appelle la petite mer intérieure. Surtout qu’Ici rien n’est permanent car les marées imposent leur rythme.

Saint-Cado, points d’intérêt

Il y a de prime abord l’îlot de Saint-Cado relié à la terre ferme par un pont. Ce pont est très ancien puisqu’une légende invoque un pacte entre Saint-Cado(u) et le diable pour sa construction. En témoigne d’ailleurs la chapelle éponyme fondée au XIIe siècle. Le curieux calvaire du XIXe siècle est imposant. Face à d’anciennes maisons de pêcheurs il s’insère désormais dans ce cadre caractéristique. A l’est de la chapelle, la fontaine à dévotion du 18e siècle se situe sur l’estran. En conséquence, le bassin intérieur est submergé à marée haute. Une croix celtique de facture plus récente complète l’édifice. L’îlot Nichtarguer abrite la maison du gardien du parc à huîtres. Cette maison au toit à quatre pans est couverte de Caloplaque marine orange. Cette note colorée réchauffe avec bonheur une ambiance marine . Saint-Cado fort de toutes ces singularités s’affirme donc justement comme un lieu incontournable en Bretagne.

Petite mer intérieure à Saint-Cado
Ria d’Etel : Un peu comme sur un lac !
îlot de Saint-Cado - la barque colorée
On remarque le soin apporté à cette barque de pêcheur dans la gestion des couleurs, avec pour toile de fond l’îlot de Saint-Cado d’où émerge la flèche de la chapelle
Pont de l'îlot de Saint-Cado - la barque amarrée
Croix celtique fontaine Saint-Cado
La croix celtique de la fontaine renforce l’empreinte du lieu
Fontaine Saint-Cado face à l'estran
Face aux méandres de la ria
Saint-Cado - le calvaire
Le calvaire du XIXe siècle face aux petites maisons blanches de pêcheurs aux volets bleus
îlot de Saint-Cado : Vue côté Est
Vue d’ensemble de l’îlot Saint-Cado – La fontaine et la chapelle ainsi que les petites maisons de pêcheurs
Le Pont Lorois vu depuis l'îlot
Le pont Lorois fait le lien entre le pays de Lorient et le pays d’Auray. Il a une longueur totale de 237 mètres. Autrefois des passeurs assuraient la traversée de la ria depuis le Vieux Passage à Plouhinec
îlot Nichtarguer
L’îlot Nichtarguer est un point de vue unique en Bretagne.
îlot Nichtarguer - la maison du gardien
La maison du gardien du parc ostréicole ne manque pas de charme
Fontaine Saint-Cado face à l'estran
La fontaine à dévotion est à fleur d’estran. La croix celtique qui la couronne semble veiller sur la ria

Hits: 73

Cet article a 11 commentaires

  1. Bonjour Sergio. Je suis ici en terrain de connaissance, c’est un lieu que j’aime tout particulièrement et quand je peux j’y retourne. J’y ai fait un saut en août 2018 avec une amie. Outre la magnifique petite maison de Saint Cado qui fait le bonheur des photographes, j’aime beaucoup la croix celtique qui surmonte la fontaine et tes premières images du village qui se reflète dans une eau brillante aux couleurs superbes sont vraiment extra. Je n’ai jamais en revanche aimé le calvaire sans style qui détonne avec les beaux calvaires qu’on voit un peu partout en Bretagne. Merci pour cette série qui me met du baume au coeur dès le petit matin.
    Concernant le Kouign Amann, j’en ai goûté de très nombreux et le seul que j’ai vraiment trouvé délicieux et pas une pâle copie de ce gâteau c’était dans une pâtisserie de Saint Malo. Il y a beaucoup de copies absolument infâmes comme par exemple à Locronan où elles sont sèches et cartonnées

    1. Ce calvaire est du 19e siècle tardif il ne peut pas se comparer aux calvaires dont le plus ancien Tronoën date du XVIe siècle. L’esprit n’est pas le même, l’époque non plus. Le financement n’a rien à voir non plus puisque les calvaires du pays Léonard ont été construits sur la base d’une compétition acharnée entre les communes pour avoir l’enclos et le calvaire au superlatif. Je suppose ici que l’idée était davantage de construire un autel de plein air. Pour rappel, le Kouign-amann est originaire de Douarnenez. Le problème de qualité aujourd’hui est assez général. On pense davantage en terme de marketing que de qualité. Pour avoir un bon produit il faut des bons ingrédients. Or aujourd’hui c’est le règne d’un artisanat semi-industriel qui produit à bas coût en vantant la tradition. Le kouign-amann c’est du beurre et encore du beurre et du vrai pas du beurre pâtissier…

    1. J’ignore si tu as déjà visité le lieu, le cas échéant je te le recommande.

  2. Des endroits dont on ne se lasse pas,
    La Bretagne à un pouvoir de séduction puissant.
    Une belle série avec un coup de coeur pour ce si charmant îlot Nichtarguer.
    Bonne soirée

    1. Il est des endroits comme celui-ci ou l’on se sent en symbiose avec la beauté du site. Donc comme tu l’as compris il n’y a aucune forme de chauvinisme, un coup de cœur dépasse ce genre de considération.

  3. Bonsoir Sergio
    Mais que tout est beau ici! Le ciel, l’eau, les reflets, les couleurs de chaque élément, le pont, et cette impression de sérénité sur et autour de cette ria de velours.
    Tout cela symbolise bien la Bretagne à vos yeux de connaisseurs et à nos yeux de non connaisseurs, désireux d’y venir un jour.
    La petite maison du gardien est craquante: le gardien est-il toujours d’actualité?
    La croix celtique se détache bien, comme tu l’as si bien montré.
    J’ai lu tes explications sur les calvaires avec lesquels j’ai beaucoup de mal; je ne sais pas expliquer; chaque fois que j’en vois un, ça me glace.
    Ici, celui qui m’a beaucoup marquée, se trouve non loin de la propriété de François Mauriac et du tombeau de Toulouse-Lautrec. On y accède par un long chemin de croix pentu.

    1. Merci Maïté pour ce commentaire développé : Que dire de plus connaisseur ou non on tombe sur le charme de ce petit coin de Bretagne blotti au cœur de la ria d’Étel. La petite maison du gardien est craquante, d’ailleurs tous les photographes ou non craquent devant le tableau vivant au gré des marées. La croix celtique bien que de facture plus récente renforce l’identité du lieu. Le calvaire est une image familière au breton et je t’assure qu’il est moins glaçant que l’Ankou représenté sur certains édifices bretons. Mais ça aussi les bretons ont eu l’habitude de le côtoyer dans leur imaginaire et aussi à travers les nombreuses légendes de la mort dont Anatole Braz a écrit un recueil très populaire en Bretagne.

  4. Bonjour
    Une série de photographies sur lesquelles je reste scotchée tellement elles sont magnifiques.
    Une lumière à tomber qui donne des couleurs superbes sur des paysages qu’on ne se lasse pas de regarder

  5. Saint-Cado en ria d’Étel fait l’unanimité. Merci pour cette visite et le commentaire : Bonne journée à vous

Laisser un commentaire