Saint-Gonéry pour l’éternité à Carnoët

Saint-Gonéry, ermite en Armorique

Saint Gonéry est un ermite venu de Grande Bretagne qui s’installa en terre armoricaine au VIe siècle. Il fait partie d’un courant migratoire qui sous la pression des saxons accosta en Armorique à partir du Ve siècle. Cependant Saint-Gonéry ne resta pas au point d’accostage. En effet, mû par un besoin d’ascétisme, il décida de pénétrer à l’intérieur de l’Armorique. Il s’arrêta finalement près de Pontivy où il bâtit un ermitage pour enseigner l’Évangile aux autochtones. La réputation du saint ermite grandissante, des maisons s’édifièrent autour de l’ermitage qui au fil du temps constituèrent un village puis une paroisse. L’actuelle commune de Saint-Gonnery est située aux confins du Morbihan, en limite des Côtes d’Armor, sa superficie est de 16,29 km2.

Saint-Gonéry une fin de vie en ermite à Plougrescant

De son point d’accostage il vint donc au Centre de l’Armorique pour vivre en ermite, mais ne trouvant plus la solitude qu’il était venu chercher il se retira à Plougrescant . Définitivement installé en ce lieu il y termina sa vie en solitaire. La chapelle dédiée est une curiosité qui se caractérise notamment par une flèche inclinée. Le chapelle abrite le tombeau et les reliques du saint.

Le granite fil conducteur de Saint Gonéry et de sa légende

La légende lui attribue de nombreux miracles et guérisons. Source Albert Le Grand, frère Dominicain dans l’ouvrage La Vie, gestes, mort, et miracles des saints d’Armorique publié en 1637. Les sculptures sont le fil conducteur de sa vie et de sa légende en Armorique. Elles comportent deux pièces : La première présente Saint-Gonéry juché sur un socle de granite tandis que la seconde évoque son départ pour retrouver la vie d’ermite à laquelle il se destinait.

Liens utiles pour une approche approfondie

Les amis de la Saint-Gonéry est une association dont le but affirmé est la sauvegarde du patrimoine. Elle organise aussi des visites guidées de la chapelle. Le lien qui suit est une source d’information très bien documentée sur la vie et le culte du Saint on y trouve notamment des informations sur les coracles ou curraghs ces frêles embarcations fabriquées en latte de bois et couvertes de peau de bœuf  cousues enduites de graisse qui servirent à traverser la Manche pour accoster sur les côtes armoricaines.  Et aussi Albert Le Grand : La vie des Saints de Bretagne d’Armorique publié en 1637 dont un extrait apparaît dans sur le site Mythes contes et légendes de France

Saint-Gonéry pour l'éternité à Carnoët
Saint-Gonéry : Sculpture David Puech
Saint-Gonéry pour l'éternité à Carnoët
Sculpture attribut de Saint-Gonéry – où l’on voit l’ermite le dos courbé quitter l’ermitage pour se retirer du monde. A côté on trouve la silhouette de Sainte Eodez (Sainte-Aude)
Carnoët : Paysage de la Vallée des Saints
La colline Saint-Gildas qui abrite la vallée des Saints, sise à 238 mètres est le point le plus élevé de Carnoët. De cet endroit on a une vision à 270 degrés sur la campagne environnante. Le paysage est essentiellement bocager d’où émerge de ça de là quelques hameaux isolés.

Hits: 195

Cet article a 8 commentaires

  1. By Marie

    Bonsoir Sergio. Je ne connaissais pas ce Saint et ne suis jamais allée dans cette vallée admirer les statues. C’est une idée originale même si pour la statuaire j’ai tendance à préférer le travail des artistes plus en “rondeurs”. Un peu anguleux pour mon goût celles-là, ce qui n’enlève rien à la qualité de tes photos et cadrage.

    1. Sergio

      Aimer ou pas n’est pas le concept de la Vallée des Saints qui laisse libre cours aux artistes dans l’interprétation des œuvres. Chaque statue de la Vallée reflète les attributs des saints. Je m’efface toujours devant le travail des artistes en m’efforçant d’apporter la perception de l’œuvre, une ambiance ressentie, dans l’environnement singulier de la Vallée des Saints. Bonne soirée Marie

  2. Pascale MD

    Bon soir Serge,
    J’aime vraiment beaucoup ces sculptures d’une grande originalité.
    Tes photos sont très belles et la paysage bien sympa également.
    Si j’ai l’occasion cet été, je me rendrais volontiers dans cette vallée.
    Belle fin de soirée

    1. Sergio

      Bonsoir Pascale, Plus de 420.000 visiteurs en Vallée des Saints, la popularité du site va en grandissant. En passant au cœur de la Bretagne ce site devient un must to visit ! De plus pour donner du sens à la visite une brochure explicative de la vie des Saints en relation avec le travail des sculpteurs est disponible pour quelques euros seulement. Bonne soirée Pascale

  3. J’ai beaucoup aimé le travail de sculpture que je ressens tout en courbes, même s’il s’inscrit dans des formes plus effilées.
    La première photo est époustouflante avec cet arbre et ce ciel qui théâtralisent le saint.
    Le panorama nous ouvre des perspectives rafraîchissantes et enivrantes.

  4. yoshimiparis

    Bonjour Sergio
    Tu as l’art de me donner l’envie de visiter les endroits que tu montre
    Ici je ressens le “sacré” de l’endroit, le respect que l’on se doit d’avoir en le visitant
    Sur la première photographie il me semble que les “personnages” se tournent tous vers l’extérieur (mais je vois peut etre pas trop bien les visages des statues de l’arriere plan.
    La vue que tu nous montre de la colline, je sais pas mais on ressent le sacré de l’endroit , une fois de plus
    J’ai beaucoup aimé ton article. Merci Sergio

    1. Sergio

      Bonjour Maïté, Ton ressenti résume bien les impressions que l’on rencontre en visitant la Vallée des Saints à Carnoët : Merci !

    2. Sergio

      Bonjour Yoshimiparis je suis ravi de susciter une envie de visite. Davantage que le caractère sacré, il s’agit d’un vaste musée de la sculpture moderne qui a pour objet de perpétuer la mémoire des saints bretons. On en compte un millier…c’est tout dire. Les artistes ont toute liberté d’expression mais leur travail représente pour chaque sculpture d’apporter leur vision de l’attribut du saint. Les personnages de la première photographie ne regardent pas vers l’extérieur , leur orientation les pointe vers leur évêché d’origine. Enfin la dernière vue montre un paysage de bocage tel qu’il y en avait beaucoup autrefois en Bretagne. Merci pour l’intérêt porté à cette note.

Laisser un commentaire