Sénéçon Jacobée une Astéracée toxique

Le Sénéçon de Jacobée vivace et coriace

Le Sénéçon Jacobée est une plante vivace annuelle ou bisannuelle qui atteint un mètre de haut. La tige dressée se ramifie au sommet. Cet endroit accueille les feuilles et les fleurs jaunes. La base de la fleur est un tube dont la base plus large, le réceptacle  contient les futures graines. Si l’on observe un capitule on voit des fleurs centrales tubulées alors que les fleurs périphériques sont ligulées. Le Sénéçon de Jacobée est une plante vivace qui ne craint pas le gel. Elle est aussi coriace car elle se développe dans les zones en friches et les pâturage peu travaillés. De plus le vent disperse les akènes pour favoriser la dissémination de l’espèce. qui est hépatotoxique pour le bétail.

Sénéçon de Jacobée dans le pré : Prudence pour le bétail

Le Sénéçon de Jacobée est hépatotoxique pour les mammifères herbivores. Donc en cas de pâturage contaminé par cette plante la prudence est de mise. La meilleure méthode consiste en un arrachage systématique de la plante. Fort heureusement les chevaux ne la consomment pas de prime abord car la plante ne leur est pas appétente. Mais en zone de pâturage maigre, voir desséché par l’aridité de l’été, les chevaux la consomment. Cette plante provoque des lésions irréversibles au foie. J’ai l’exemple auprès de chez moi d’une prairie naturelle qui faute d’entretien est envahie de Sénéçon de Jacobée. Il y a quelque années elle abritait à demeure deux poneys. Malheureusement pour eux la sécheresse de l’été les a incité à manger du Sénéçon de Jacobée conduisant à leur inévitable euthanasie. C’est d’ailleurs en raison de cette bien triste conclusion que j’écris ces quelques lignes.

Fenaison, le Sénéçon de Jacobée penzez-y !

Si votre prairie est envahie par le Sénéçon, la bonne démarche consisterait de prime abord à arracher cette plante toxique dans le but qu’elle ne se mélange pas au fourrage. Car la plante séchée conserve toute sa toxicité et donc la capacité de nuisance intacte. Il en est de même avec le fauchage et le laisser sur place avant le pâturage. Ce procédé est encore plus dangereux car la plante séchée devient moins rebutante pour les herbivores. Mais vous l’avez compris, ces brins séchés conservent intacts toute leur capacité hépatotoxique.

 

Sénéçon de Jacobée
Les capitules de petite tailles sont regroupés en corymbes rattachées à la tige principale.
Les akènes se dispersent sous l’action du vent

Hits: 46

Cet article a 5 commentaires

  1. Le Seneçon de Jacob pullule sur mes chemins de campagne et il est aussi joli en fleur qu’à l’état d’akènes. Il faut y prendre garde quand on le croise car ses fleurs ne sont pas bien grandes et il passe souvent un peu à l’oubli pour les photographes. Bonne journée Sergio et belles photos

  2. Les animaux le savent car elle a un goût amer qu’ils n’apprécient pas. Cela dit cette plante n’est toxique d’absorbée en grande quantité et tant qu’elle pousse ou est fleurie, il y a peu de danger. Il semblerait aussi qu’elle ait des propriétés vermifuge ce qui fait que les animaux ne la dédaignent pas en petite quantité avant qu’elle ne soit fanée.
    Cela étant dit, mieux vaut ne pas mettre des animaux à pâturer si le champ en est rempli.
    Deux belles photos pour illustrer ces fleurs dans tous leurs états.
    Bonne soirée Sergio

    1. 10 KG de sénéçon suffisent à détruire le foie d’un cheval. C’est beaucoup et peu à la fois car l’on parle d’ingestion cumulative. Comme précisé dans la note, deux poneys en sont morts dans une pâture à côté de chez moi et un autre quelques kilomètres plus loin. Bonne fin de journée Pascale.

  3. Oh quel dommage pour ces poneys!
    Ces fleurs, si belles, poussent ici aussi, le long des chemins plutôt.
    Merci pour l’avertissement, bonne semaine.

    1. Imparable si les propriétaires ne sont pas attentifs à la présence du Sénéçon qui est pourtant bien visible du fait de sa taille et de la visibilité des fleurs. Tant qu’elles poussent sur le bord des chemins, le risque est limité pour les herbivores. Le sénéçon commun pousse lui dans les jardins, il est aussi toxique mais à un degré moindre : Les chevaux ne pâturent pas dans les jardins n’est-ce pas ? Bonne semaine à toi aussi.

Laisser un commentaire