Aras – grande volière de Doué la Fontaine

Les aras sont des espèces menacées

La volière du bioparc zoo de Doué la Fontaine est remarquable par sa taille. Ici dans la grande volière, les aras ont un espace suffisamment important pour conserver toutes leurs aptitudes naturelles. Ces oiseaux font tous partie d’espèces menacées dans leur environnement d’origine. Si l’on peut se rassurer, maigre consolation : Les aras du bioparc zoo de Doué la Fontaine sont issus d’un programme européen d’élevage. Il est évident qu’on aimerait savoir que ces magnifiques espèces trouvent suffisamment d’espace pour survivre dans leur environnement naturel.

Ara chloroptère dit à ailes vertes

L’Ara chloroptère est un magnifique oiseau au plumage coloré et brillant.  Le Ara chloroptère n’est pas directement menacé de disparition. Malgré tout un doute subsite, il reste donc en observation (selon l’Union Mondiale pour la Nature).

Ara à ailes vertes - Bioparc - zoo de Doué la Fontaine
Ara chloroptère dit à ailes vertes : Origine Amérique centrale – Amérique du sud

Ara hyacinthe subit la pression humaine

Ce perroquet est particulièrement original. Il séduit de prime abord par son plumage d’une couleur bleu cobalt, le contour des yeux colorés de jaune et un bec imposant de couleur noire. L’envergure du ara hyacinthe adulte est également impressionnante puisque cet oiseau mesure entre 85 cm et 1m. Cette espèce est menacée dans son environnement naturel. D’abord par la déforestation qui réduit son habitat. Et comme si ce maux ne suffisait pas, le Ara hyacinthe est braconné car il existe une filière de vente pour en faire des d’oiseaux de compagnie.

Ara hyacinthe
Ara hyacinthe – origine Amérique du sud au bioparc zoo de Doué la Fontaine
Ara hyacinthe - bioparck zoo Doué la Fontaine
Ara hyacinthe : Un petit nettoyage des griffes

Une espèce menacée

Couple de Aras de Lafresnaye
bioparc zoo de Doué la Fontaine – Couple de Aras de Lafresnaye
Aras de Lafresnaye - zoo de Doué la Fontaine - grande volière
Aras de Lafresnaye curieux et attentifs

L’Ara de Lafresnaye est encore une espèce de perroquet en danger dans son environnement naturel.  Il subit la déforestation. Comme si la pression de l’agriculture ne suffisait pas, Il est également victime du braconnage illégal.  Il y a une bonne raison pour les braconniers car l’Ara de Lafresnaye occasionne des dégâts aux cultures.  Mais aussi comme les autres aras, il est capturé pour être vendu comme oiseau de compagnie.

Ara de lafresnaye en vol devant des perruches à front rouge
Ara de lafresnaye aux ailes déployées devant des perruches à front rouge attentives

7 pensées sur “Aras – grande volière de Doué la Fontaine

  • 11/03/2018 à 17:43
    Permalink

    Bonjour Sergio. Les notes sont fort intéressantes et les aras très beaux. On se demande ce qui ne disparait pas petit à petit de notre planète, souvent par la folie de l’Homme. J’aimerais pouvoir faire bouger le monde afin que tout le monde prenne conscience des beautés que nous offre la nature, hélas! mais au moins, à ma mesure et sur ce que je croise, j’essaie. Merci pour ce reportage.

    Répondre
    • 11/03/2018 à 17:58
      Permalink

      Bonjour Marie, Ici le temps est maussade, il pleut et le vent souffle fort ! Alors j’ai voulu mettre de la couleur, les aras me l’ont fournie. En fait j’ai visité le bioparc de Doué la Fontaine au printemps dernier. J’ai été épaté par les couleurs et la vitalité de ces oiseaux qui peuvent se déplacer en toute liberté dans une méga volière. Faire bouger le monde dis-tu ? C’est une idée généreuse qui malheureusement a fait long feu dans les population indigènes dont le seul soucis est le développement des conditions de vie. Et puis l’être humain ne lutte toujours pas pour sa survie, très souvent il agit par intérêt. Ce qui est condamnable est avant tout le trafic et la contrebande quant aux populations pauvres, le combat passe par l’éducation et l’assistance pour qu’il appréhendent la nécessité de maintenir les écosystèmes. Le comportement humain est à désespérer, même constat dans les pays riches quand on voit un peu partout ce manque de respect de l’environnement, comme si c’était un bien consommable et facilement renouvelable. Le cas le plus typique est la présence de détritus laissés dans la nature par des consommateurs qui n’ont pas le civisme ou la conscience que le respect de la nature commence par des actes citoyens simples.

      Répondre
  • 11/03/2018 à 17:50
    Permalink

    De très jolies photos de ces oiseaux magnifiquement colorés et d’une grande intelligence.
    Les teintes des bokehs sont très belles également.
    Bonne fin de journée

    Répondre
    • 11/03/2018 à 18:16
      Permalink

      Merci Pascale, l’environnement de volière cependant l’environnement d’une volière est moins vaste et moins exigeant que les grands espaces naturels où tu opères. La présence de bokehs est due à l’utilisation d’une moyenne focale et à la gestion de la profondeur de champs. Bonne fin de journée.

      Répondre
      • 12/03/2018 à 10:12
        Permalink

        Bon jour Sergio,
        Oui, je me doute bien que tu as travaillé ton ouverture pour obtenir les bokehs des cinq premières photos.
        Moins vaste en volière certes, mais parvenir à faire abstraction des grillages n’est pas toujours chose aisée, même à pleine ouverture 😉
        Bonne journée

        Répondre
  • 21/03/2018 à 20:51
    Permalink

    Cet article si coloré, fait le pendant de l’information d’aujourd’hui disant la disparition des oiseaux de nos campagnes.
    L’homme a une large part dans la disparition de ces animaux: cultures, déforestation, profit, attitude enfantine de possession…
    Très impressionnée par les griffes de l’ara Hyacinthe et par le plumage des aras de Lafresnaye.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :