La crécelle de Jatiluwih effraie les capucins javanais
Pour faire face aux capucins javanais, les riziculteurs ont développé des stratégies de défense afin que la récolte soit sauvegardée

La crécelle de Jatiluwih effraie les capucins javanais

La crécelle pour faire fuir les capucins javanais

Dans la rizière de Jatiluwih, j’ai rencontré une jeune femme qui m’a expliqué le fonctionnement de la crécelle balinaise. Il s’agit d’un instrument artisanal qui émet un bruit de roulement rauque destiné à effrayer les capucins javanais. Les capucins sont des oiseaux un peu plus grands que des moineaux. Ils opèrent en bandes, facteur aggravant la prédation. De plus ils sont particulièrement voraces. La prédation commence dès le début de maturation des épis de riz. Parce que ce fléau n’est pas contemporain, les riziculteurs de Bali utilisent une crécelle. C’est un instrument en bambou façonné à la main. La crécelle émet un bruit de roulement à la tonalité grave qui fait fuir les capucins javanais.  Mais la lutte semble inégale, aussitôt envolés, les capucins se reposent un peu plus loin sur les épis. Alors s’agite à nouveau la crécelle balinaise.

Jatiluwih : Crécelle dans la rizière
La crécelle est agitée par large mouvement de bras. Elle émet un bruit de roulement rauque destiné à effrayer les capucins javanais.

Les fanions flottent aussi sur les rizières

Pour y faire face, outre cet instrument artisanal, d’autres stratégies ont été développées pour éloigner les colonies d’oiseaux capucins javanais capables de dévaster les cultures laissées sans surveillance. C’est ainsi que des fils sont tendus au dessus des rizières. Ils servent de support à des sacs multiformes en plastique coloriés qui s’agitent au moindre souffle d’air. Pour compléter l’attirail dissuasif, on peut voir ici et là des épouvantails de différentes formes dont certaines ont des allures humaines. La vie dans les rizières de Bali est une veille permanente afin que mère Nature apporte sa contribution nourricière aux humains.

Jatiluwih - fanions dans la rizière
Flottent les fanions dans la rizière de Jatiluwih. Accrochés sur des fils en acier, ils bougent au moindre souffle d’air. Les fanions font partie du dispositif destiné à faire fuir les capucins javanais qui dévorent les épis de riz
Jatiluwih, la gardienne de la rizière
La gardienne à la crécelle est postée dans un point dominant la rizière

Vie de rizière à Jatiluwih – Bali : Le buffle asiatique

jatiluwih - Jeune fille à la crécelle
La fierté de la gardienne des rizières. Elle accomplit une mission essentielle pour la préservation de la récolte.

Hits: 211

Cet article a 2 commentaires

  1. Bonjour Sergio. J’ai apprécié tout autant la note explicative que les photos qui me rappellent l’année 1982 et mon voyage à Bali, une île que j’ai beaucoup aimée. Je logeais à l’époque à Kuta et c’était un endroit calme. Je me suis laissé dire que ce n’était plus tout à fait le cas….

  2. En fait l’île des Dieux était toujours aussi belle en 2011 en dehors de Kuta assailli par une horde de touristes non respectueux des traditions locales. Mais dès lors que l’on sort des stations touristiques on retrouve la gentillesse des balinais et la tranquillité.
    ps – Le passage à l’éditeur Gutenberg maltraite parfois les anciennes présentations. Je l’ai reprise ici sous Gutenberg pour améliorer la présentation. Par erreur j’ai mis la présentation hors ligne. En la remettant en ligne tu as donc reçu le message. Bonne journée Marie

Laisser un commentaire